La colère de Robert Badinter contre le débat sur l’islam

Après le coup de tonnerre sondagier qui a positionné Marine Le Pen comme la plus redoutable des outsiders da

vendredi 11 mars 2011

Après le coup de tonnerre sondagier qui a positionné Marine Le Pen comme la plus redoutable des outsiders dans la ruée vers la présidentielle, et alors même que certaines voix se font plus nuancées envers elle, lui déniant sa nature fascisante pour lui conférer une respectabilité nouvelle, certainement à l’aune de sa croisade anti-musulmans, le cri du cœur de Robert Badinter résonne avec gravité dans un climat très lourd, où les reniements, retournements de veste et alliances incongrues pourraient se donner en spectacle.

L’ancien garde des Sceaux de François Mitterrand s’insurge avec force à la fois contre le grand retour du FN sur le devant de la scène publique, à la faveur d’une politique de la stigmatisation et de la "ghettoïsation", ciblant essentiellement les musulmans, qui lui a fait la courte échelle, mais aussi contre le débat sur l’islam qui lui offre là une occasion en or de prospérer.

Publicité

commentaires