in

Une voiture écolo créée par des étudiants tunisiens

Elle a tout d’une grande et se rêve en championne de l’écologie, l'ENIT Eco Car est une petite voiture, amie de l’environnement, qui n’était encore qu’un prototype, certes très remarqué, il y a tout juste un an et demi, avant de sortir de sa chrysalide pour prendre sa morphologie adulte sous l’impulsion de ses créateurs tunisiens.

Ils sont sept, brillants et unis comme les cinq doigts de la main, les concepteurs de la première auto écolo de Tunisie, au poids plume, dont la consommation en fuel est de l’ordre de 1litre/40km et qui peut atteindre une vitesse de 50 km/h, sont tous étudiants de l'Ecole Nationale d'Ingénieurs de Tunis, passant avec succès des bancs de l’école au grand bain de la compétition annuelle « Robotic 2013 », où leur projet a raflé le premier prix très convoité du concours.

Dès lors, cette équipe gagnante, confortée par l’engouement général, a mis le turbo pour  matérialiser son projet, travaillant d’arrache-pied tant sur le plan technique que du design, soutenue par ses professeurs et des sponsors conquis par le modèle prometteur de la future ENIT Eco Car. 

"C'est grâce à la détermination et l'acharnement de notre équipe, à l'encadrement de nos professeurs et l'appui de nos sponsors, que cette voiture a pu voir le jour", a déclaré Hanadi Troudi, en précisant que "tout ce travail a mobilisé une enveloppe de l'ordre de 10 000 dinars, alors que la réalisation de la voiture n'a nécessité qu'une somme de 1600 dinars."

Poursuivant son parcours sans faute, la novatrice ENIT Eco Car va faire prochainement son entrée dans la cour des grands, en se frottant à la concurrence internationale dans le cadre de la grande compétition Eco-Marathon 2014 qui se tiendra à Rotterdam, du 15 au 18 mai. Cette compétition, initiée il y a cinquante ans par la compagnie pétrolière Shell, a vocation à encourager les talents mais aussi à détecter les designers automobiles de demain, rivalisant d’ingéniosité, de créativité, et écolos dans l’âme.

Au-delà de leur propre success story, les sept étudiants tunisiens espèrent être des précurseurs à plus d’un titre, et notamment en ayant fait l’éclatante démonstration qu’il est impérieux d’encadrer les jeunes et de les inciter à aller de l’avant dans le domaine technologique, l’étudiante Hanadi Troudi clamant avec force : "Il n’y a pas de révolution politique et sociétale sans une révolution scientifique et technologique, favorisant une reprise réelle, en Tunisie." 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Reims: un individu condamné pour avoir injurié des femmes voilées

Une émission de France Culture sur la spiritualité musulmane (vidéo)