in ,

Une première en Arabie saoudite : la princesse Haif Al-Mogrin représente le royaume à l’Unesco

A l’heure où l’Arabie saoudite se projette résolument dans une ère nouvelle, celle de la modernité et de l’autonomisation de la gent féminine, la princesse Haif Al-Mogrin est l’une des figures de proue de la politique volontariste qui y est menée tambour battant.

Avec 2030 en ligne de mire et la matérialisation d’une « Vision saoudienne » de l’ouverture au monde et de la diversification de l’économie, cette politique n’en finit pas de nous surprendre en brisant, sur son passage, certains archaïsmes et plafonds de verre.

Les freins visibles et invisibles qui, il y a peu encore, auraient stoppé net l’ascension de la princesse Haif Al-Mogrin, bardée de diplômes, ont été emportés par le vent réformateur qui souffle sur le royaume. Plus rien ne s’oppose désormais à ce que la ministre adjointe aux Affaires du G20, au sein du ministère de l’Économie et de la Planification, poursuive sa belle trajectoire en dehors des frontières, à Paris.

Preuve en est, le 14 janvier dernier, elle a été nommée, avec l’assentiment du roi Salmane, Représentante permanente de la monarchie saoudienne auprès de l’Unesco, gravant son nom dans l’histoire de l’émancipation et de l’accession des Saoudiennes à de hautes fonctions, en l’occurrence diplomatiques.

Publicité
Publicité

L’ Arabie saoudite est membre du Conseil exécutif de l’Unesco jusqu’en 2023. Lors de son adhésion, le prince Badr bin Abdullah bin Farhan, ministre de la Culture, avait insisté sur la volonté du royaume d’étendre sa coopération avec tous les Etats membres, de préserver la richesse culturelle et patrimoniale arabe, tout en stimulant activement l’innovation et la technologie, et en promouvant la tolérance.

Publicité
Publicité

Grâce à sa nomination, la princesse Haif Al-Mogrin vient allonger la liste des pionnières saoudiennes qui, avec l’aval de leur monarchie, ont récemment fait une incursion notable dans des bastions du conservatisme masculin.

Ainsi, pour ne citer que ces deux femmes-là, la princesse Reema bint Bandar Al-Saud est devenue, en 2019, la première ambassadrice du royaume aux États-Unis, et avant elle, en 2017, la femme d’affaires Hind Al-Zahid, qui a longtemps plaidé pour l’entrée du sexe dit faible dans le monde du travail, la première directrice exécutive de l’aéroport de Dammam.

Reema bint Bandar Al-Saud

Hind Al-Zahid

Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Je ne vois qu’une seule femme en Arabie, il y a plus de 100 ans.

    Fatima avait combattu Al Saoud et les Britanniques, à un moment où même les hommes avaient mi l’arme au pied. Morte en 1930.

  2. L’Arabie a beaucoup de retard à rattraper. Au 7e siècle, Khadija, riche femme d’affaire, était la patronne de Muhammad. Depuis l’avènement de l’islam, ceci n’a, fort curieusement, plus été possible…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Un séisme meurtrier de magnitude 6,8 frappe l’est de la Turquie

Tennis Australie : la Tunisienne Ons Jabeur devient la première joueuse arabe à se hisser en quarts de finale d’un Grand Chelem