in

Un musulman s’exprime pour la première fois devant le synode général de l’Eglise d’Angleterre

Chantre du dialogue inter-religieux, Fuad Nahdi, ce responsable d’origine Kenyane du centre de recherche musulman « Radical Middle Way », a soupesé chacun de ses mots en prenant la parole devant le synode général de l’Eglise anglicane d’Angleterre, conscient de l’insigne honneur qui lui était fait en sa qualité de premier musulman invité à s’y exprimer, mais sans rien occulter de certaines souffrances jetées dans les oubliettes de l’histoire funeste du temps présent : celles des populations musulmanes, premières victimes de Daesh, directes et indirectes, qu’elles soient confrontées à l’horreur loin du Royaume-Uni ou qu’elles en subissent les effets pernicieux à l’intérieur de ses frontières.

Face à un aréopage d’ecclésiastiques, suspendu à ses lèvres, qu’il a salué par un « Salam Aleikoum » respectueux, en ce mardi 18 novembre qui a fait date, privilégiant un dialogue de haute tenue avec l’archevêque de Canterbury, Justin Welby, sur les tourments infligés aux minorités religieuses en Irak et en Syrie, Fuad Nahdi, tout de bleu vêtu dans sa tenue traditionnelle, a profité de cette tribune exceptionnelle pour faire entendre le point de vue musulman sur les atrocités commises à des milliers de kilomètres de là, par des djihadistes endoctrinés, semeurs de terreur et de mort.

Tout en dénonçant la terrible répression exercée contre les chrétiens, celui-ci a tenu à mettre en lumière une autre réalité passée hâtivement à la trappe médiatique, et éludée tout aussi prestement par les faiseurs d’opinion et intellectuels peu vertueux, ceux-là mêmes qui refont le monde à travers un prisme sciemment obscurcissant.

La persécution de chrétiens en Irak et en Syrie est odieuse et totalement inacceptable aux yeux de tout être humain sain“, a-t-il déclaré en préambule, avant de clamer haut et fort dans une enceinte qui a résonné de son rappel vibrant : “Nous ne devons pas oublier que les musulmans sont les premières victimes de ces extrémistes. Des milliers, voire des dizaines de milliers de personnes, ont été tuées au cours des deux dernières années et continueront de mourir si nous continuons de l’ignorer.”

Réitérant avec force l’indignation de l’ensemble de ses coreligionnaires, qu’ils soient de hauts dignitaires religieux ou de simples fidèles, face aux actes abominables perpétrés par un extrémisme dont l’islam et son humanisme universel subissent de plein fouet les dommages collatéraux, Fuad Nahdi a également fait remonter la colère sourde qui gronde parmi les jeunes musulmans britanniques.

Objet de tous les sarcasmes blessants, quand ils ne sont pas apostrophés, injuriés et critiqués violemment à un âge fragile où se forgent les personnalités mais aussi où le désenchantement cruel peut nourrir de vifs ressentiments, les adolescents et jeunes adultes musulmans du royaume ne supportent plus d’être les boucs émissaires tout désignés d’une barbarie qui leur est étrangère et sévit ailleurs, à des années lumière de leur “home, sweet home”.  “Ils n’ont rien à voir avec l’Etat islamique!”, a martelé Fuad Nahdi, en exhortant une assemblée qui était tout ouïe à redoubler d’efforts pour lutter contre l’ignorance, ce mal absolu, mais aussi contre la tentation de stigmatiser une communauté, toujours la même. Deux fléaux qui ressurgissent inlassablement et conduisent inexorablement vers les mêmes abîmes insondables.

Interviewé par le Guardian, Fuad Nahdi, qui repense avec émotion à l’intense atmosphère de recueillement qui régnait au sein du synode lorsqu’il a psalmodié des versets du Coran, a confié son immense espoir que les “fidèles de ces grandes religions puissent être des alliés“. A cet égard, l’événement créé par sa seule présence au sein de l’Eglise d’Angleterre, l’Eglise mère de la communion anglicane mondiale, constitue en soi un bon présage.

Par la rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BFM TV revient sur la photo truquée des femmes en niqab devant un immeuble de la caisse d’allocations familiales (vidéo)

Thomas, converti à l’Islam: “On a tenté de me recruter pour le jihad” (vidéo)