in

Un ex-soldat britannique change de sexe et embrasse l’islam

Elle a changé de vie mais aussi de peau, la britannique Lucy Vallender n’a pas craint d’affronter les regards ni les jugements, voire même de faire figure de bête de foire dans sa localité du Gloucestershire, n’écoutant que ce que lui dictait sa différence.

A 28 ans, le soldat dans une vie antérieure a troqué son treillis contre le voile islamique, effectuant une mue spectaculaire qui  en a fait le premier transgenre musulman de Grande-Bretagne. "J’ai toujours ressenti une différence en moi, j’étais attiré par les hommes, mais je refoulais mes sentiments et j'ai essayé de vivre comme la plupart des gens de mon âge. Alors, je me suis engagé à 21 ans dans l’armée pour être plus viril, mais je sentais que j’étais dans le mauvais corps, je vivais un mensonge. Cela a été un grand choc pour ma mère, pour ne pas dire plus, ainsi que pour mon entourage", explique Lucy Vallender.

Ses années de psychothérapie ont été vaines et ses séances sur le divan n’ont fait que la conforter dans sa volonté d’assumer pleinement sa singularité, au risque de passer pour une anomalie de la nature, Lucy Vallender a franchi un autre grand pas en embrassant l’islam quelque temps après son opération. Un choix de vie qui en a fait définitivement une citoyenne à part, hors norme pour ses nombreux détracteurs.

Son élan spirituel est né et a grandi sur le petit écran, après s’être passionnée pour des programmes télévisuels sur l’islam, la renaissance de Lucy Vallender est également passée par une aspiration profonde à Dieu, tout aussi intime, indicible et irrépressible que le fut son changement de sexe.

Aujourd’hui mariée à Mourad, 22 ans, qu’elle a rencontré en avril sur un site de rencontres islamiques et dont elle est la seconde épouse, la jeune femme assure se sentir épanouie, bien dans son corps, bien dans sa tête, priant cinq fois par jour et se plongeant dans la lecture du Coran avec une soif d’apprendre inassouvie. "Je me suis convertie parce que c'est une belle religion, si paisible. Je me sentais heureuse et soulagée enfin, ce fut le plus beau jour de ma vie", s'exclame-t-elle.

Seule ombre au tableau et non des moindres, sa transexualité, qu’elle n’a pas révélée à l’homme de sa vie, n’est pas passée inaperçue dans la mosquée locale, Lucy Vallender vivant dans le non-dit sur le plan privé tout en se retrouvant indésirable parmi les fidèles, en d'autres termes une situation intenable…

"Ils disent que je suis le premier musulman transgenre mais je parie que ce n’est pas vrai, ils ont tout simplement peur", déplore-t-elle, ajoutant : "Ils m'ont posé des questions sur mon soutien-gorge, la taille de mon bonnet, sur ma pomme d'Adam, ont demandé à voir mon acte de naissance. Ils ont dit que je devais prier avec les hommes, je suis partie et je prie désormais chez moi".

Devant l’indignation de Lucy Vallender, le porte-parole de la mosquée de Swindon a rétorqué que "Tous les fidèles sont les bienvenus, tant qu’ils se comportent selon les règles de l’islam". Déterminé à se battre pour faire évoluer les mentalités, l’ex-soldat devenu femme et musulmane achève sa transformation en se muant en figure de proue du combat pour les libertés individuelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quand John Kerry dînait avec Bashar Al-Assad et son épouse

La marque américaine Abercrombie & Fitch condamnée pour avoir licencié une employée voilée