in ,

Un éminent religieux koweïtien alerte contre les Hajj VIP

La frénésie concurrentielle et mercantile s’empare de tous les marchés sans distinction, aussi longtemps que les promesses de profit y sont mirifiques, et dans cette course au haut de gamme lucratif force est de constater que La procession unique au monde, placée sous le signe de l’infinie dévotion, n’échappe pas à un marketing très offensif.

La surenchère luxueuse est désormais de mise dans les offres de pèlerinages, certains opérateurs de Hajj ciblant exclusivement une clientèle de nantis en leur offrant un traitement de faveur, grand standing et tout confort, où l’on cherche en vain le souffle spirituel de l’islam, à la fois purificateur et rassembleur.

Ces pèlerinages VIP de l’entre soi font passer d’un vol en première classe jusqu’à La Mecque, à des hôtels « cinq étoiles » de renommée mondiale, en transitant par des voitures avec chauffeur réservées tout au long du séjour, au grand dam d’un chef religieux koweïtien. Ce dernier a en effet tiré la sonnette d’alarme contre cette nouvelle tendance économique qui pervertit l’esprit même du Hajj.

"Cette nouvelle invention de VIP Haj conçue par certains opérateurs est inacceptable", a fustigé Mohammad Al Tabtabai, l’ex-doyen de la faculté des études islamiques, dans un discours publié par le quotidien local Al Kuwaitiya. "Ce type de Haj est contraire à l'esprit de l'Islam et j'invite tous les musulmans à les boycotter. Ces opérateurs sont motivés par le désir de faire d'énormes profits, et non par la valeur islamique authentique d'être en osmose avec les autres musulmans pour les aider à accomplir le Haj, qui est fondé sur la solidarité entre fidèles", a martelé Al Tabtabai. "Nous avons constaté que plusieurs opérateurs sont en concurrence pour offrir un meilleur logement, les voitures plus confortables et une plus grande quantité de nourriture variée. Cet esprit de Hajj ne fait pas honneur aux musulmans", a-t-il dénoncé.

Alors que les autorités saoudiennes ont refusé d’accéder à la requête pressante émise par plusieurs pays d’accueillir un plus grand nombre de pélerins, arguant des chantiers de grande ampleur sur leur sol, notamment l’agrandissement de la majestueuse mosquée du Prophète à Médine, la recrudescence des Hajj hors de prix creuse le fossé des différences entre une élite musulmane et les « damnés » de la terre… La Terre Sainte, terre de contrastes lors d’un cheminement spirituel suprême qui incite au contraire à laisser les classes sociales aux vestiaires, les signes des temps ont décidément quelque chose de vicié…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le CRIF précise qu’il n’est en rien associé à la LDJM

La position dichotomique des oulémas à l’égard du calcul astronomique