in

Tunisie : le président Moncef Marzouki revoit son salaire à la baisse

Plus que tout autre, le président de la Tunisie libérée du joug de son tyran est attendu au tournant, chacun de ses actes politiques représentant autant de symboles forts de nature à rassurer sur ses valeurs humaines, éthiques et déontologiques, ainsi que sur sa future gestion du pays.

Ayant endossé depuis peu le prestigieux costume qui a changé le cours de son destin, Moncef Marzouki, l’homme du renouveau tunisien, a refusé le salaire de 20 000 dollars par mois qui lui était alloué, pour le ramener à la modique somme de 2 000 dollars. Sa probité intellectuelle teintée d’un certain ascétisme, l’ancien dissident, aux commandes de la république tunisienne pour un an au moins, a indiqué que “Le reste doit être distribué aux pauvres”.

Certains pourront toujours objecter que les contextes présidentiels et économiques diffèrent, cela étant, quand Nicolas Sarkozy, vainqueur des urnes, inaugurait l’ère des privilèges et du « bling-bling », jusqu’à s’octroyer une augmentation substantielle de 140%, piétinant ses belles promesses électorales en moins de temps qu’il n’en a fallu pour les scander, Moncef Marzouki envoie aujourd’hui un tout autre signal, celui de l’exemplarité, en s’appliquant à lui-même la rigueur budgétaire que sa présidence incarnera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’infâme propagande israélienne, amplifiée par le CRIF, contre Salah Hamouri

Les sapins de Noël de l’aéroport de Seattle ont été enlevés suite à la plainte d’un rabbin