in

Tristane Banon vs DSK : la justice reconnaît « l’agression sexuelle »

S’il a échappé au flagrant délit de viol, aux Etats-Unis comme en France, DSK est en revanche pris en flagrant délit de mensonges !Rattrapé par ses turpitudes, l’économiste distingué déchu de tout, de la direction du FMI et d’une primaire socialiste taillée sur mesure pour lui, ne doit qu’à la prescription des faits le classement sans suite de la plainte déposée par Tristane Banon, mais est bel et bien reconnu coupable « d’agression sexuelle » par le parquet de Paris.

Alors que son clan de Strausskahniens convaincus, la rose à la boutonnière, n’a cessé de faire rempart autour de lui, au point d’espérer le voir présider aux destinées de la France, l’ancien élu de Sarcelles s’est révélé au grand jour un serial menteur. N’avait-il pas déclaré n’avoir jamais croisé Nafissatou Diallo, la femme de chambre du Sofitel New-Yorkais, et n’avoir jamais fait des avances à Tristane Banon, ce qu’il a concédé par la suite, la jeune journaliste et amie de sa fille venue l’interviewer en 2003 dans un appartement qui avait tout de la garçonnière aux secrets d’alcôve bien cachés ?

Du côté de Tristane Banon, l’heure est plutôt au soulagement, la reconnaissance de son agression ayant été officiellement établie. Loin d’être close, l’affaire pourrait se poursuivre aux assises du côté français, tandis qu’Outre-Atlantique les avocats de Nafissatou Diallo pourraient exploiter ce dossier pour nourrir le procès civil qu’ils préparent.

Alors que le promoteur du projet socialiste sera élu dimanche, tous les ténors qui se réclament de Jaurès seraient bien avisés de faire leur examen de conscience : de Martine Aubry qui a scellé le « pacte de Marrakech », à François Hollande, l’ex-secrétaire général du parti pendant 11 ans, qui dit tout ignorer des frasques de DSK démentant les dires d’Anne Mansouret, mère de Tristane Banon, en passant par l’ambitieux Manuel Valls qui a volé à la rescousse de son “ami” en jouant les outragés lors du premier débat télévisé de la primaire, sans oublier ceux qui ont choisi de parler à mots couverts, tous étaient prêts à faire bloc et à porter au pinacle un multirécidiviste de la “séduction” pressante et violente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une escrimeuse tunisienne boycotte Israël

Pour honorer les algériens du 17 octobre 1961