in

“The cure Bar”, la barre de céréales contre la faim concoctée par une jeune américaine musulmane (vidéo)

Meet the Cure Bar

“For every bar that I sell, I give a bar away.”This 25-year-old entrepreneur is fighting hunger with her CURE M granola bars.

Publié par AJ+ sur samedi 2 juillet 2016

Elle a monté sa petite entreprise dans sa cuisine, la fibre humanitaire et entrepreneuriale chevillée au corps, Zobaida Falah, 25 ans, une jeune américaine musulmane résidant à Toledo, dans l’Ohio, a concocté un véritable antidote contre la faim  : des barres de céréales riches en magnésium, fer, zinc et calcium, commercialisées pour mieux être offertes aux plus démunis.

En effet, à chaque barre vendue, une est distribuée de bon cœur à celui ou celle qui n’a rien ou si peu, car, selon sa devise, des petites actions humanitaires menées chacun à son niveau et démultipliées peuvent avoir un grand impact à l’échelle du monde, en d’autres termes les petits ruisseaux font les grandes rivières.

S’inspirant d’une recette traditionnelle de grand-mère, en l’occurrence la sienne, laquelle était convaincue des vertus médicinales de la graine noire ou nigelle (des vertus scientifiquement reconnues), dont le Prophète (PBSL) lui-même louait les bienfaits en disant « « Soignez-vous en utilisant la graine de nigelle, c’est un remède contre tous les maux à l’exception de la mort », Zobaida Falah a composé une barre de céréales, savoureuse et énergétique à la fois, contenant 9 ingrédients naturels. Une bonne dose de miel mélangée entre autres à des amandes, de l’avoine, aux graines de sésame, de chia et de nigelle, et en deux coups de cuiller à pot, la barre, aux précieuses valeurs nutritionnelles, est prête à faire reculer la faim.

En l’espace d’un mois seulement, la cuisinière au grand cœur croule déjà sous les propositions de différents grossistes, à l’appétit aiguisé par son concept alléchant.

Mais loin de lui tourner la tête, cette réussite fulgurante ne vaut que par le bonheur qu’elle éprouve à tendre la main à son prochain : « La réussite rend certes heureux, mais le bonheur est encore plus grand lorsque l’on est capable de venir en aide aux plus nécessiteux et de donner en retour », déclare Zobaida Falah dont les petites barres de céréales, 100% faites maison, s’apprêtent à inonder l’Ohio, et peut-être au-delà, pour une juste et grande cause.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Michel Rocard dont on se souviendra

Louis Massignon: une grande figure française de l’ islamologie