in

Saïf al-Islam Kadhafi sera jugé à Tripoli

Il a échappé à la loi mortifère du Talion, qui a fait justice elle-même en lynchant son père et son frère, Saïf al-Islam Kadhafi, le dauphin de feu l’inclassable colonel libyen, tantôt enturbanné du chèche de l’homme du désert, tantôt en uniforme d'opérette, croupit dans un lieu tenu secret depuis sa capture en novembre, en attendant de connaître le sort qui lui sera réservé.

La machine judiciaire s’est mise en branle, et après quelques tergiversations entre la Cour Pénale Internationale (CPI) et la justice libyenne, pour savoir à qui échoira le lourd privilège de faire comparaître cet accusé de premier plan, la Libye a eu le dernier mot, irrévocable. Le seul membre du clan Kadhafi écroué, et pas des moindres,  sera jugé à domicile, comme l’a indiqué catégoriquement à Reuters le ministre libyen de la Justice, Ali Achour.

Son transfert vers Tripoli interviendrait d’ici à dix jours, et son verdict déjà annoncé pour la mi-juin, par un porte-parole du Conseil National de transition, laisse augurer un procès mené rondement, qui fait craindre à certaines organisations des droits de l’Homme un simulacre judiciaire.

« Il sera jugé en Libye par des juges libyens pour meurtre, corruption et viol », a précisé le ministre Ali Achour, qui a par ailleurs démenti les allégations de mauvais traitements formulées par un avocat de la défense auprès de la CPI, selon lesquelles Saïf al-Islam a été battu et trompé sur les charges retenues contre lui.

La CPI, qui se dit compétente pour juger le fils du défunt Guide libyen,  ne compte pas pour autant faire de la figuration, forte d’une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu qui oblige la Libye à coopérer avec sa juridiction internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Décès de l’ancien président Algérien Ahmed Ben Bella

Le malaise politique des musulmans de France (1/2)