in

Quand un imam algérien se fait l’avocat de la pédophilie

C’est une déviance éminemment abjecte et criminelle, un terrible fléau qui mine l’ensemble de nos sociétés sans distinction, la pédophilie est un acte inqualifiable qui ne devrait trouver aucun avocat, et pourtant, en Algérie, une voix a justifié l’injustifiable, frisant même son apologie.

C’est peu dire que les propos du Cheikh Chems Eddine, imam et animateur d’une émission religieuse sur la chaîne Ennahar TV, ont suscité une vive émotion dans l’opinion publique algérienne, et que son infinie compréhension envers l’attirance d’un homme de 37 ans pour une fillette de 12 ans a choqué les oreilles chastes et les belles âmes.

Cette extrême indulgence pour un émoi amoureux qui révulse a résonné sur les ondes de la radio algérienne Jil FM, où le Cheikh Chems Eddine a absous de toute faute l’auditeur qui a confié ses états d’âme : "Il y a une explication scientifique pour cet amour entre cet homme de 37 ans et cette fillette de 12 ans. Lui, il a 37 ans dans le corps, mais dans l’esprit il a peut-être le même âge que la fille", a expliqué tranquillement ce dernier, en préambule.

Et de renchérir, toujours plein de mansuétude à l'égard de l’adulte, sans jamais avoir une pensée pour le ressenti de l’enfant : "Il se peut qu’il soit adulte même dans son esprit et que cette fille de 12 ans soit mûre. 12 ans, mais c’est une femme ! S’ils s’aiment tous les deux. Dans ce cas, si ses intentions sont sincères, c’est-à-dire qu’il la veut pour épouse, je ne vois pas de contrainte à ce genre de mariage". 

Figé dans ses certitudes d’un autre âge, l’imam est allé jusqu’à consentir publiquement à une union contre-nature. C’en était trop pour l’Algérie, où la polémique ne cesse d’enfler depuis, mais aussi pour la direction de la radio Jil FM, qui a aussitôt publié un communiqué désavouant le Cheikh.

"La Direction de Jil FM tient à faire cette mise au point. Conscient de la responsabilité que nous avons auprès de nos auditeurs et de la mission de service publique de notre chaîne, nous tenons préalablement à nous excuser auprès des auditeurs pour les propos tenus par l’invité et qui ont pu choquer certains, même si l’intention n’était pas de défendre ou de prendre à la légère le témoignage d’un auditeur sur une situation délicate. Il n’a jamais été question dans cette émission de porter atteinte à la sensibilité, ni de heurter les auditeurs sur un sujet aussi grave sur la protection de l’enfance", pouvait-on lire.

La radio se dit un peu tard que l’on ne l'y reprendrait plus, car jusqu’au bout de son intervention, le Cheikh Chems Eddine a assumé sa prise de position sans sourciller, signant et persistant en des termes inaudibles en 2013 : "Je parle comme ça parce que je suis sûr qu’il aime sincèrement cette fille et sans arrière-pensée, avec comme objectif le mariage".

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Le chikh chamsedine n’est pas un imam, c’est juste un vieux qui veut parler de religion, sans en avoir l’autorite ….c’est les reves de landemocratie….mais il faut vérifier ses sources!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Israël-discrimination raciale: honte à Simon Pérès, honte à la France

Quand Canal+ manipule la parole des féministes tunisiennes