in

Quand le Crédit Lyonnais ferme brutalement le compte d’une association musulmane

Parfaitement intégrée dans le tissu cultuel et culturel local depuis 1988, date de sa création, l’Association Islamique Malik ibn Anas (A.I.M.A) fait partie du paysage d’Ecquevilly, une petite bourgade de 4 200 âmes, située dans les Yvelines, où elle a ouvert grand ses portes pour accueillir les fidèles (près de 400 pour la célébration des prières) et dispenser ses cours liés à l’apprentissage du Saint Coran et aux Sciences Islamiques.

Rançon du succès, les capacités d’accueil du centre ont été souvent saturées au fil des années, et l’édification d’une mosquée flambant neuve s’est imposée pour offrir à la communauté musulmane des espaces plus vastes et des conditions de recueillement plus dignes.

Après avoir fait son chemin dans les esprits des responsables de l’A.I.M.A, ce projet architectural, qui s’inscrivait dans la continuité de l’existant, a été officiellement lancé en mai 2012 et a reçu le feu vert des autorités, la préfecture et la mairie d’Ecquevilly l’ayant validé sans hésitation. Un soutien officiel qui était une belle marque de reconnaissance envers l’Association, forte de ses vingt cinq années d’existence, et la légitimité de sa requête.

Estimée à 1 000 000 €, la construction de la future mosquée d’Ecquevilly ne pouvait être menée à bien sans les précieuses donations des fidèles, et c’est ainsi que plusieurs opérations de collecte de fonds ont été organisées par les dirigeants  de l’A.I.M.A en vue de réunir le plus d’argent possible

La mobilisation a porté ses fruits, et près de 200 000 euros ont été collectés en quelques mois, qu’il s’agissait ensuite de déposer sur le compte bancaire de l’Association, au sein de la banque LCL des Mureaux. Une formalité, en apparence du moins, car l’A.I.M.A était cliente de cette banque depuis 1988, et de surcroît faisait partie des bons clients, sans histoire.

Aussi, quelle ne fut pas la stupeur du secrétariat général de l’Association Islamique d’Ecquevilly, quand, après avoir franchi toutes les étapes essentielles de la réalisation du projet (achat de terrain, obtention du permis de construire, soutien du maire), la banque fut le grain de sable inattendu qui enraya sa mise en oeuvre, tout en jetant une ombre au tableau.  

Pourquoi avoir sollicité la banque à ce stade de votre projet ?

La seule et unique préoccupation était le conditionnement des pièces, provenant des dons des fidèles, pour pouvoir les créditer sur le compte de l’Association. Nous avons rencontré la banque à ce sujet, mais il n’y avait rien d’extraordinaire à cela. Les organismes bancaires ont l’habitude de gérer ce type d’opération. Il y a plein d’exemples, notamment Madame Chirac et son opération « les pièces jaunes », qui peut atteindre jusqu'à 1 millions d'euros, ou encore la Croix Rouge, et toutes les œuvres caritatives. Nous avons convenu avec la banque qu’on nous soumette un devis chiffré portant sur le conditionnement des pièces.

Alors que nous escomptions recevoir ce devis dans les meilleurs délais, un courrier, en date du 1er mars, a mis fin brutalement à notre attente, et de la pire manière qui soit. Sans aucune justification et sans le moindre égard envers notre association, dont la fidélité de 25 ans aurait mérité une plus grande considération,  le directeur de la LCL des Mureaux nous a signifié la clôture de notre compte, avec seulement un préavis de 30 petits jours.

Qu’avez-vous ressenti à la lecture de ce courrier ?

Nous étions tous atterrés, personne ne comprenait ce qui avait pu motiver une telle sanction, et la consternation était générale. Nous étions outrés à la fois par le fond et la forme. Nous avons alors sollicité un entretien avec le directeur de l'agence du Crédit Lyonnais des Mureaux, et le rendez-vous fut pris pour le 21 mars. 

Avez-vous pu faire infléchir la décision de la banque ?

Absolument pas ! La banque qui hier "avait le pouvoir de dire oui", selon son fameux slogan, s'est autorisée à nous dire un grand "Non !".

Nous avons exigé des explications crédibles, mais en vain. Le directeur a d'abord fait valoir que : " La LCL ne veut pas avoir à justifier de la provenance des dépôts en espèces sur notre compte auprès des autorités". Mais encore une fois, c'est un leurre, puisque toute association porteuse d'un projet a recours aux dons en espèces. Il s'est surtout retranché derrière sa hiérarchie, invoquant des consignes venues d’en haut. Nous avons fait part de notre indignation, en insistant sur le fait que notre projet de mosquée avait reçu toutes les validations nécessaires, que tout était transparent, et que nous étions clients de la banque depuis des années. En pure perte. Devant ce mur, nous avons juste réussi à obtenir un sursis concernant la date de clôture définitive de notre compte, afin d'avoir le temps de nous retourner. 

Quelle est votre intime conviction ?

Cette décision de la LCL des Mureaux est tombée comme un couperet sur nous, exhalant le parfum de l'islamophobieLes mosquées sont une forte symbolique de l’Islam, elles sont maintenant prises pour cible, et la LCL s'abrite en l'occurrence derrière son droit de résilier tout contrat avec ses clients, et ce sans qu'il y ait besoin de se justifier.

Mais nous ne sommes pas dupes ! Notre conviction profonde c'est que notre projet de construction de lieu de culte est la seule et unique raison qui a conduit à cette décision inique, et cela nous est insupportable de constater qu’au cœur même de l’une des plus grandes banques françaises, l’islamophobie règne en maître. 

Loin de nous laisser abattre, en dépit d’un précédent, celui de la mosquée de Créteil avec le Crédit Agricole, nous nous sommes tournés vers le médiateur de la LCL, et j'appelle tous les musulmans, tous les hommes et les femmes de bonne volonté, sur Oumma.com, à nous soutenir face à ce préjudice, particulièrement grave et humiliant. 

Il est de notre devoir de faire savoir à tous nos concitoyens que ce genre de discrimination inadmissible existe aujourd'hui en France, afin qu'elle ne se reproduise plus jamais et que nous soyons plus forts pour combattre l'injustice aux relents nauséabonds.

Propos recueillis par la rédaction.

Pour soutenir  l’A.I.M.A : www.mosquee-ecquevilly.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ronaldo n’a pas échangé son maillot avec un joueur israélien (vidéo)

Laïcité: François Hollande, favorable à une loi dans le secteur public de la petite enfance