in

“Pour la liberté, contre la haine” : la veillée de Médiapart en hommage à Charlie Hebdo (vidéo)

Hier soir, alors que la presse hexagonale était en proie à la sidération mêlée d’effroi devant l’attentat sans précédent commis contre un journal français, en l'occurrence Charlie Hebdo, Mediapart a réuni, dans ses murs, une quarantaine de responsables de journaux imprimés ou en ligne autour d’une veillée funèbre en hommage à des confrères assassinés et à un hebdomadaire satirique cruellement décimé.

La peur ne passera pas par Edwy Plenel, hôte des lieux et animateur de cette soirée exceptionnelle, aux côtés du co-animateur Frédéric Bonnaud, l’heure, d’une exceptionnelle gravité, étant à la prise de parole pleine d’émotion, à la réaffirmation de l’attachement à la liberté d’expression, mais aussi à l’analyse à chaud dans le respect des différences.

Saïd Branine, directeur de la rédaction d’Oumma.com, a été convié à se joindre à ce beau moment d’unité et de solidarité, répondant à l’appel d’Edwy Plenel à serrer les rangs pour défendre « une cause commune ». Parmi les temps forts de son intervention, il a notamment rappelé qu’Oumma.com a "combattu Charlie Hedbo, les caricatures, mais pas la liberté d’expression", avant d’insister : "Nous, les musulmans, nous ne sommes pas des extra-terrestres, et avant d’être des musulmans, nous sommes des citoyens qui avons été socialisés à l’école de la république. Donc, on a appris également ce que représentait la liberté d’expression, la liberté de la presse, dans une démocratie."

C’est sur une note empreinte de lucidité et d’inquiétude qu’il a conclu : "Je crains fort que l’unité nationale" prônée par François Hollande "ne résiste pas à ces injonctions faites aux musulmans de condamner cet attentat, de se désolidariser. Malheureusement, je pense qu’un nouveau processus de stigmatisation va se poursuivre avec une plus grande intensité et que d’une certaine façon, cet attentat soit, aujourd’hui, en terme d’impact, l’équivalent de ce qu’ont été les attentats du 11 septembre, en tout cas au niveau de la stigmatisation des musulmans."

Une inquiétude partagée entre autres par Xavier De La Porte (Rue 89) qui a exhorté, juste avant de passer le micro à Saïd Branine, à lutter contre "l’injonction à la désolidarisation" et à privilégier plus que jamais le débat, aussi contradictoire soit-il, une fois la période de deuil passée. Denis Sieffert de Politis n’a pas caché, pour sa part, ses craintes d’assister à la détérioration du climat ambiant, tandis que Christine Lazerges, présidente de la commission nationale consultative des droits de l’homme, et Jean-Pierre Dubois, président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme, ont évoqué une possible dérive sécuritaire tant redoutée. « Pas de Patriot Act » à la française, ont-ils clamé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des manifestants déchirant le Coran en pleine manifestation dédiée à Charlie Hebdo ont été éjectés

Chérif Kouachi, suspect de l’attentat contre Charlie Hebdo, dans un reportage sur France 3 en 2005 (vidéo)