in ,

Obama tente de casser son image de « musulman et socialiste » par l’humour

Il a décidé d’en rire pour tenter de briser le mythe, c’est en usant de la dérision que Barack Obama a déridé l’atmosphère lors du grand dîner des correspondants de presse, le 27 avril dernier, démystifiant habilement certaines légendes urbaines dont le moins que l’on puisse dire est qu’elles le précèdent ou le poursuivent sans répit.

Face à un parterre de choix convié à la Maison Blanche, le président  américain, sur lequel flotte le parfum entêtant de la suspicion, tant sur son islamité fantasmée que sur son « bolchévisme » supposé, autant dire des tares rédhibitoires, a sorti sa botte secrète : l’humour.

Et quelle meilleure arme, en effet, que l’ironie pour mettre dans sa poche une corporation qui fait ses choux gras de la propagation de rumeurs croustillantes, et pour piquer au vif les conspirateurs qui ont instillé le doute sur son obédience religieuse. "Ces jours-ci, lorsque je me regarde dans le miroir, je dois admettre que ne suis plus le jeune socialiste musulman que j’étais autrefois", a lancé Obama, avec un sourire malicieux, ajoutant : "le temps passe, mes cheveux grisonnants en sont la preuve".

Outre ses prénoms qui, pour ses opposants, sont autant de preuves à charge, Barack Hussein Obama n’a jamais fait mystère de sa tendresse pour sa grand-mère kényane, Sarah Obama, troisième épouse de son grand-père, qu’il chérit comme sa grand-mère paternelle, alors qu’aucun lien biologique ne les unit. Il n’en fallait pas plus pour que certains décèlent sous le masque du bon chrétien, une inclination spirituelle pour l’islam, contrariée au nom de la raison d’Etat.

L’homme fort de Washington traîne aussi derrière lui la réputation de « socialiste », dont la seule évocation suffit, aux Etats-Unis, à exhumer du passé les heures sombres du Mac Carthysme et à relancer la chasse aux sorcières contre les communistes en puissance. 

Sur le même ton moqueur, Obama a plaisanté en disant que sa  réélection va lui permettre de mettre enfin en oeuvre un programme plus radical. Après avoir ménagé son effet, il a brandi une photomontage le représentant en train de jouer au golf sur une fausse Une de magazine.

Ce véritable « stand-up », qui a fait dans le second degré pour appuyer là où ça fait mal, pemettra-t-il de tordre le cou aux rumeurs persistantes ? Il faudra à Obama une sacrée dose d’humour, tout au long de son deuxième mandat, pour parvenir à briser en mille morceaux l’image de musulman et de socialiste qui lui colle à la peau, d'autant plus que ses adversaires républicains se font fort de l'enraciner dans les esprits.

En mai 2012, un sondage réalisé par le Huffington Post révélait que 52% d’électeurs républicains sur 656 sondés le considéraient comme musulman,  tandis qu’au mois de décembre, le télévangéliste Pat Robertson et l’ultra-conservatrice Sarah Palin du Tea Party le qualifiaient de « socialiste sur la voie du communisme ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Être chiite aujourd’hui ou la légitimité du chiisme ? (2/2)

Maroc : exclues de leur collège à cause de leur voile