in

Newcastle : les joueurs musulmans vont-ils s’opposer au nouveau sponsor du club ?

Les joueurs musulmans de Newcastle vont-ils entrer en résistance contre le nouveau sponsor du club, et former le clan d’irréductibles qui refusera de mouiller le maillot siglé de l’usurier « Wonga » ?

C’est en tout cas le bruit qui court Outre-Manche, depuis que le club de Newcastle a scellé un contrat de sponsoring avec la firme Wonga, spécialisée dans le prêt d’argent à très court terme et avec des taux d’intérêts élevés aux personnes en difficulté, et dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle ne jouit pas d’une bonne réputation en Angleterre.

Le très sérieux quotidien anglais The Independent s’est fait l’écho de la confrontation qui se murmure, dans et hors les vestiaires, entre des joueurs musulmans susceptibles d’être heurtés dans leurs convictions profondes et ce fonds de commerce spéculatif illicite en islam, et qui pourraient, par ricochet, ne pas se prêter au jeu publicitaire dont ils sont les premiers promoteurs sur la pelouse.

Interrogé par le journal, Cheikh Ibrahim Mogra, secrétaire général adjoint du Muslim Council of Britain, a déclaré  : "L’idée est de protéger les personnes vulnérables et dans le besoin de l’exploitation par les riches et puissants. Quand on prête avec de gros intérêts, cela signifie que les pauvres auront un avantage à court terme de l’emprunt, mais à long terme des difficultés à le rembourser parce que le taux d’intérêt n’est pas quelque chose qu’ils peuvent suivre. Le système islamique est basée sur un système non fondé sur l’intérêt de l’opération".

Rebondissant sur ces propos, le Daily Mail est allé plus loin en citant les quatre joueurs musulmans de Newcastle qui pourraient faire de l’obstruction : Demba Ba, Cheik Tioté, Papiss Cissé et Hatem Ben Arfa.

Se référant à l'exemple de Frédéric Kanouté, joueur du FC Séville, qui avait refusé de porter le nom du sponsor "888.com", un site de paris en ligne, le Cheikh Ibrahim Mogra a ajouté : "En supposant que tous les quatre sont sur le terrain en même temps, si vous avez sept joueurs sur 11 avec de la publicité sur les maillots, vous avez une couverture suffisante. Ce n’est pas trop demander, je crois".

Si les conjectures vont bon train sur l’hypothétique veto des footballeurs musulmans de Newcastle, The Independent rappelle toutefois que depuis plus d’un an le club a pour sponsor la banque Virgin Money, symbole de la crise financière et sauvée de la faillite par l’Etat britannique, sans que les quatre  joueurs en question ne se soient singularisés par leur opposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dieudonné doit 887 000 euros au fisc

La Nouvelle-Zélande, le nouvel éden du tourisme Halal