in

Mise en place d’un “passeport africain uni“ qui permettra de voyager sans visa dans les 55 pays du continent

Le déploiement du nouveau passeport de l’Union africaine (UA) devrait avoir lieu en 2021 dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).

Bien qu’elle ait été officiellement «lancée» en 2016, l’initiative a souffert de retards ainsi que de la pandémie de Covid-19 qui a eu un impact sur son déploiement prévu en 2020. L’un de ses principaux objectifs est d’exempter les détenteurs de l’obligation d’obtenir des visas pour les 55 États d’Afrique. Le passeport africain unique fait partie de l’Agenda 2063 de l’Union africaine qui envisage la mise en place d’un “continent intégré, politiquement uni et fondé sur les idéaux du panafricanisme et la vision de la renaissance de l’Afrique”.

Le passeport africain est le projet phare de cet agenda et vise à supprimer les restrictions sur la capacité des Africains à voyager, travailler et vivre sur leur propre continent. L’initiative vise à transformer les lois africaines, qui restent généralement restrictives sur la circulation des personnes malgré les engagements politiques de faire tomber les frontières en vue de promouvoir la délivrance de visas par les États membres pour améliorer la libre circulation de tous les citoyens africains dans tous les pays africains.

Publicité
Publicité
Publicité

Jusqu’à présent, en revanche, seuls les dirigeants du gouvernement, les diplomates et les responsables de l’UA ont reçu le passeport.

L’introduction d’un passeport africain et l’ouverture des frontières ont le potentiel et la capacité de garantir aux voyageurs africains l’opportunité d’explorer le continent, qui présente en effet des avantages économiques, politiques, culturels et sociaux importants.

Parmi ces avantages: stimuler le commerce et le tourisme intra-africains; faciliter la mobilité de la main-d’œuvre, les connaissances et le transfert de compétences intra-africains; promouvoir l’identité panafricaine, l’intégration sociale et le tourisme.

Publicité
Publicité
Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Une très bonne initiative géopolitique et géostratégique.
    Avant de penser à ce passeport uni, il y a cinq (5) étapes
    majeures à mettre en place :
    1° Mettre fin à toutes les guerres existantes au sein de cette Afrique,
    2° Instaurer des élections démocratiques transparentes dans les Etats Membres,
    3° Doter cette Afrique des structures logistiques de grandes qualités sur le plan
    * communication en transfert des données pour une meilleure sécurité
    * transferts financiers et échanges commerciaux destinés au développement des outils industriels,
    * infrastructures routières et aériennes internationales de hautes technologies,
    4° Une commission indépendante et une armée africaine forte; d’une capacité à régler tous les conflits
    internes des Etats membres.
    5° Mettre fin à la corruption et détournement des deniers publics.
    Jean, Pierre TSHIPOPO

  2. Que ce passeport Africain représente les pouvoirs, pas de problème, les peuples, je ne sais pas.

    Des pays, qui ont tout en commun, culture, religion, langue, mœurs, façon de travailler, n’ont pas pu faire un passeport unique, encore moins, une monnaie unique.

    Un pays est dit libre, développé si son passeport et la liberté de voyager, est partagé par la majorité absolue de ses citoyens.

    La plupart des américains n’ont jamais quitter les USA, c’est vrai les USA c’est 4 faisceaux horaires.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Blé : bataille entre Paris et Moscou pour le marché algérien

Mohammed VI pose ses conditions pour visiter Israël