in

Michel Houellebecq : le recteur de la Mosquée de Paris suspend sa plainte, l’Union des mosquées de France la maintient

Estimant que la frontière entre la pensée et l’expression libres sur l’islam d’une part, et la volonté délibérée de discrimination et d’incitation à la haine à l’encontre des musulmans d’autre part, a été franchie, l’Union des Mosquées de France a mandaté son avocate Maître Najwa EL HAITE pour déposer plainte contre la direction de la publication de la revue Front Populaire et contre Michel HOUELLEBECQ et Michel ONFRAY pour injure publique et provocation à la discrimination raciale et religieuse.

Dans une information parue au journal Le Figaro, le 5 janvier 2023, M. HOUELLEBECQ a déclaré au sujet du texte publié dans le magazine Front Populaire sous forme d’une conversation avec M. Onfray : « (…)  Je suis profondément attaché au texte et je veux bien reconnaître que les paragraphes concernés sont ambigus. Je les remplacerai donc, dans l’édition à venir, par des paragraphes explicitant mieux mon propos, et qui, je l’espère, ne heurteront pas les musulmans ».

Publicité
Publicité
Publicité

Cette position qui se veut un geste d’apaisement n’est malheureusement pas de nature à dissiper les inquiétudes des musulmans de France, profondément choqués par la violence des mots proférés à leur encontre.

Les musulmans de France ne comprennent pas que M. Houellebecq puisse d’une part reconnaître que les paragraphes concernés sont ambigus et d’autre part ne prendre aucune mesure pour suspendre leur diffusion. Sa proposition de les remplacer dans l’édition d’un livre à venir ne met pas un terme à leur diffusion et ne protège pas les musulmans de leurs conséquences.

Dans ces conditions l’UMF n’a d’autre moyen que de poursuivre son action en justice, en vue d’obtenir l’arrêt immédiat de la diffusion de ces paragraphes qui portent atteinte à la dignité des citoyens français de confession musulmane.

Tout en recourant à la justice, l’UMF réaffirme avec force son attachement profond à la liberté d’expression et sa condamnation ferme de tout acte ou parole de violence à l’encontre notamment des personnes physiques ou morales mises en cause dans cette affaire.

Ceux qui pensent défendre leur dignité par la menace, la violence ou l’insulte ne font que renforcer et développer la caricature de tous ceux qui veulent réduire notre religion à l’intolérance et à la violence.

Paris, le 6 janvier 2023

Mohammed MOUSSAOUI
Président de l’Union des Mosquées de France

Publicité
Publicité
Publicité

NDLR: Voir article Grande mosquée de Paris contre Houellebecq : le recteur suspend sa plainte après une entrevue avec l’écrivain

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Signant pour Al-Nassr, Ronaldo se croit… en Afrique du Sud

Halil Demir, un Turco-américain, brave les rigueurs de l’hiver pour aider les sans-abri