in

Meyer Habib instrumentalise l’attentat de Charlie Hebdo en le liant à la Palestine

A un moment où la solennité, la retenue et l’unité s’imposent face à l’attentat sanglant qui a horrifié la France, endeuillé Charlie Hebdo et ôté la vie à deux policiers, dont l’un d’entre eux, Ahmed, 42 ans, a été achevé au sol, d’une balle dans la tête, par des tueurs sans pitié insensibles à son appel de détresse, l’ultra-sioniste Meyer Habib, le seul député de notre République laïque à mobiliser son électorat (les Français de l’étranger) en langue hébraïque, n’aura pas mis longtemps avant de troubler l’émotion incommensurable qui étreint la nation tout entière.

On savait que les scrupules ne l’étouffaient guère et que son militantisme pro-israélien ne connaissait aucune trêve, ni limite, pas même celle de la plus élémentaire décence, Meyer Habib, l’ancien vice-président du Crif et proche parmi les proches de Netanyahou, fait feu de tout bois pour crier à « l’importation du conflit israélo-palestinien en France » et dénoncer le vote symbolique de décembre qui, bien que sans mesures coercitives, lui est néanmoins resté en travers de la gorge : l’adoption par le Parlement français de la résolution appelant à la reconnaissance de la Palestine.

"'On a tué Charlie Hebdo', ont proclamé les islamistes armés après avoir pris 12 vies ce matin. Demain, si l'importation du conflit israélo-palestinien continue d'être favorisée en France par des textes comme celui de la résolution de reconnaissance unilatérale de la Palestine, et si les mesures législatives contre les terroristes ne sont pas plus téméraires, ils crieront 'On a tué la France'", a-t-il écrit, avant d’enfoncer le clou : "La responsabilité des membres de l'Assemblée nationale sera alors pleinement engagée".

Gageons que le parlementaire de l’UDI, dont la seule présence dans le temple législatif constitue une anomalie qui est de nature à accroître la défiance envers la représentation nationale, déploiera toute sa fougue partisane de "sayan" pour instrumentaliser la tragédie de Charlie Hebdo dans le sens de la division nationale.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fusillade de Charlie Hebdo: “Vous direz aux médias que c’est Al-Qaida au Yémen!”

Plus de 100.000 personnes rassemblées en hommage aux victimes de Charlie Hebdo (vidéo)