in

MBS avoue le meurtre de Khashoggi (audio et vidéo)

Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salmane a confessé un secret de Polichinelle, à savoir qu’il était effectivement responsable de l’assassinat de l’opposant Jamal Khashoggi dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul (Turquie) en octobre 2018, a-t-on appris jeudi.

Tandis que dirigeants et marchands d’armes, français notamment, continuent de nier les crimes en tout genre de la dictature saoudienne, la chaîne publique américaine PBS a publié jeudi un témoignage a priori accablant pour MBS.

La vidéo ci-dessous est essentiellement un enregistrement sonore du journaliste de PBS Martin Smith, en prélude à un documentaire sur le prince devant être diffusé la semaine prochaine.

Martin Smith y affirme qu’il a interrogé MBS sur l’affaire Khashoggi, et que celui-ci lui a répondu : « J’en porte la responsabilité », parce que le meurtre a eu lieu « sous mon autorité » (en anglais : « under my watch”).

Publicité

Martin Smith précise que le tête-à-tête en question avec MBS –qu’il a probablement enregistré à défaut de l’avoir filmé- remonte à décembre 2018. Mais on a alors du mal à comprendre pourquoi il n’est rendu public que maintenant, près d’un an après.

L’opération semble donc s’apparenter à une sorte de « coming out », où MBS n’endosse qu’une responsabilité morale dans la monstrueuse mise à mort de Khashoggi, mais certainement pas une responsabilité pénale. Et que les grandes puissances peuvent donc continuer de faire du business avec lui : invitations, alliances tous azimuts contre l’Iran, blanc-seing à la destruction du Yémen, etc.

Après avoir dans un premier temps nié toute responsabilité dans la disparition de Jamal Khahoggi, le régime de MBS l’avait jusqu’à cette dernière révélation imputée à « une dispute qui avait mal tourné » ! Onze membres des services secrets ont officiellement été arrêtés en Arabie Saoudite, mais on n’a aucune nouvelle sur leur sort.

LES DERNIERS INSTANTS DE LA VIE DE KHASHOGGI

Publicité

Par ailleurs, la presse turque a publié au début du mois la transcription de l’enregistrement audio de ce qu’auraient été les derniers moments de Jamal Khashoggi, aux mains d’une équipe de 15 tueurs à l’intérieur du consulat saoudien d’Istanbul. Sans surprise, les documents sont issus d’enregistrements effectués par les services secrets turcs.

On y entend notamment le nommé Maher Abelaziz Mutreb, un gradé des services secrets et garde du corps attitré de MBS, dire à Khashoggi : « Monsieur Jamal, écrivez un texto à votre fils pour lui dire de ne pas s’inquiéter si vous êtes injoignable ».

Devant le refus de Khashoggi, Mutreb poursuit : « Vous avez tort, vous feriez mieux de vous dépêcher et de nous aider, parce qu’au final, on va vous ramener en Arabie Saoudite, et vous savez ce qui vous arrivera si vous ne nous aidez pas ».

Des membres de l’équipe administrent ensuite des substances à l’opposant. Ses derniers mots, avant de perdre connaissance, sont les suivants : « Ne me faites pas cela. Je souffre d’asthme. Je vais étouffer ».

Publicité

Peu après commence un bruit qui va durer de longues minutes : celui de la scie qui découpe le corps de la victime.

EuroPalestine

Publicité

5 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Les “grandes démon-craties” sont évidemment complices par leur silence, leurs condamnations sélectives.
    Elles se comportent en “bons” marchant de la mort en trahissant leurs valeurs qu’elles prétendent défendre et ne peuvent résister devant cette vache laitière docile des saoudes ni s’empêcher de baver devant le pétrole vénézuélien ou encore celui du Mali…
    Bien sûr les donneurs de leçons ne peuvent supporter qu’on leur parle sous ce ton de vérité qui les expose tels qu’ils sont. Il va falloir qu’ils s’habituent !!!
    Après tout, qui déroulent les tapis aux dictateurs? qui les installent? qui pillent par procuration? … c’est tout de même pas le Burkina Faso!
    MBS assassin? oui! intouchable? oui! parce que soutenu par des assassins aux visages d’anges

  2. Normal que les “grandes démocraties” ne s’offusquent pas. Elles procèdent toutes de la même façon pour se débarrasser des personnes gênantes. La différence est qu’elles sous-traitent au grand banditisme.
    L’affaire Boulin en est un exemple (pas l’unique, mais le plus retentissant), à moins qu’il y ait des naïfs qui pensent que l’on peut se noyer dans une flaque d’eau !

    • Mohammed: A force de voir des complots partout, on fini, par ne plus réfléchir correctement. Parce que, cher monsieur, se noyer dans une flaque d’ eau, est malheureusement possible. si la personne tombe face contre terre, es s’ assomme, en arrivant au sol, ça parait bête, mais, mon grand père maternelle, est mort de cette façon, en mai 1960 !
      Alors, sans faire de complotisme, ce qui bon Boulin, est bon pour l’ autre !
      Désolé, je b=n’ ai pas pu m’ empêcher de faire mon Cemwé, lol

  3. Les assassins (qu’ils soient musulmans ou non) n’échapperont pas à la justice divine. Ce n’est qu’une question de temps.
    Quelle grande désolation que celle de quelqu’un qui a suivi un enseignement religieux mais qui ne lui servi à rien dans sa vie. Ces saoudiens qui ont massacré ce frère journaliste ainsi que les musulmans au Yémen, font partie de cette catégorie.

  4. MBS est un assassin en puissance , il porte sur lui le sang de la population Yéménite attaquée et bombardée sur simple présomption de tentative de vouloir retourner le régime Saoudien sans même parler de Kashoggi dont il est certain qu’il est le commanditaire !!!
    Tout les tueurs qui avaient reçus les ordres crépissent en prison ou sont achevées mais lui ne paiera pas ses crimes abominables .LE MONDE Arabe est gangrené de partout et la-bas il n’y a que le pognon et les relations qui comptent car autrement MBS pourrait etre inculpé pour crime de guerre sans parler des autres chefs d’inculpation qui le concerne.Il mérite le même sort que Ceausescu !!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

D’une vérité spirituelle à une vérité athéiste

Entretien avec Bernadette Sauvaget, auteure de “L’affaire Ramadan – Sexe et mensonges, la chute d’une icône”