in

Les Français d’origine algérienne ont voté Hollande, selon l’Ifop

Un premier sondage réalisé par l’Institut OpinionWay avançait que le vote musulman, dénié par certains experts, aurait pesé de tout son poids dans la balance électorale de la présidentielle pour sanctionner massivement (à 93% des votants) la «France forte» de Nicolas Sarkozy, et sa folle dérive autoritaire, raciste et islamophobe.

Ce vote musulman sanction, dont une large part est constituée d'Algériens (un peu plus de 3 millions en France), loin d’être une chimère, a bel et bien répondu à l’appel des isoloirs et glissé majoritairement son bulletin François Hollande dans les urnes, comme le confirme aujourd’hui l’Ifop.

Selon cette dernière étude réalisée à partir d'un échantillon de 680 électeurs musulmans, sur un total de 142 000 électeurs français, il ressort très clairement que, dès le premier tour de la présidentielle, 86% des citoyens d’origine arabo-musulmane ont choisi l’incarnation socialiste du «changement, c’est maintenant».

Publicité

«D'après les données dont nous disposons, aucune autre catégorie de la population n'a aussi massivement voté pour le candidat socialiste (ou contre Nicolas Sarkozy) que les musulmans», souligne l’Ifop. L'institut analyse qu'avec «57% des voix, François Hollande a ainsi largement franchi la barre des 50% dès le premier tour et doublé son score moyen dans ce segment de l'électorat qui, parallèlement, a également beaucoup plus voté pour Jean-Luc Mélenchon que la moyenne des Français: 20% contre 11%».

Conscient de l’importance de ce vivier d’électeurs potentiels, le candidat Hollande a pris l’exact contre-pied de son rival élyséen en évitant de heurter les sensibilités, quand l’ex-souverain omnipotent, s’enferrant dans une stratégie de la diversion éculée, électrisait de plus belle le débat démocratique, à travers le Halal et l’affaire Merah, entre autres…

La France de la bouc-émissarisation et de la désunion, qui a braconné sans complexe sur les terres du FN, a été dégagée par l’électorat qui était dans son viseur. Un juste retour des choses, qui rappelle opportunément à ceux qui nous gouvernent que la monarchie de droit divin appartient au passé.

Publicité

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Après les «printemps»: quel avenir pour « l’islamisme » ?

Les 72 anomalies de l’affaire Mohamed Merah