in

Les conservateurs européens proposent la candidature d’un musulman à la présidence du Parlement européen

Quel capitaine succèdera à Martin Schultz, dont le mandat expire en juillet, pour prendre le gouvernail d’une Union Européenne qui s’est brisée sur le récif de l’extrême droite europhobe ?

Dans la continuité d’un scrutin soumis aux violents tangages de la montée en puissance des mouvements nationalistes, voire néo-fascisants pour certains d’entre eux, le Parlement européen est, à son tour, convoqué aux urnes pour élire son futur président et ses quatorze vice-présidents.

L’heure est venue pour les sept groupes politiques qui composent un temple législatif quelque peu ébranlé dans ses fondations et ses certitudes de présenter leur champion, et parmi eux, le groupe des conservateurs européens, qui fédère des Démocrates européens, dont le Parti conservateur britannique, le Parti unioniste d'Ulster, le Parti démocratique civique tchèque, et les eurodéputés polonais de Droit et justice, a jeté son dévolu sur son candidat idéal, exemple de la méritocratie toute britannique  : Sajjad Haider Karim, le premier sujet de confession musulmane de Sa Gracieuse Majesté à avoir franchi le seuil de l’hémicycle en 2004 en sa qualité d’eurodéputé, d'abord sous les couleurs du Parti des libéraux-démocrates, avant de rallier les conservateurs.

Alors que les dirigeants de son groupe parlementaire recherchent activement des soutiens pour lui faire la courte échelle vers les cimes de l’Europe, d’aucuns pensent que l’élection est jouée d’avance, convaincus que la règle immuable de l’alternance prévaudra encore une fois entre le groupe de centre droit et de centre gauche, les deux formations se passant le flambeau vacillant de l’Union européenne tous les deux ans.

Loin d’entamer la combativité de Sajjad Haider Karim qui estime que l’incursion des partis extrémistes au sein du Parlement européen a entaché les dernières élections, cette réalité n’est nullement une fatalité pour le parlementaire chevronné qu’il est, né à Blackburn, dans le comté du Lancashire, là où sa famille, arrivée tout droit du Pakistan, a choisi d’élire domicile il y a plusieurs années de cela.

"N'est-il pas temps de rétablir nos valeurs de tolérance, d'acceptation et de la diversité ?", a interrogé dans une missive adressée aux différents chefs de groupe du Parlement celui qui fut un acteur clé du développement du commerce international entre l’UE et le reste du monde, et notamment l’Inde. "J'ai servi avec diligence les groupes et les clivages politiques qui cherchent toujours le consensus", a insisté l’eurodéputé connu pour son engagement en faveur des droits de l’homme, ainsi que pour ses dénonciations du réseau de prisons secrètes américaines gérées par la CIA.

Le Parlement européen, lors de ses deux sessions électives du mois de juillet, privilégiera-t-il le changement dans la continuité après s’être heurté de plein fouet à la partie émergée de l’iceberg des nationalismes revanchards et islamophobes ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’histoire de la coupe du monde de football (vidéo)

Hervé Morin: “Les musulmans ont toute leur place dans notre société”