in

L’Ecosse confrontée à la hausse des actes islamophobes

Comment enrayer les agressions islamophobes qui sont sur une courbe dangereusement ascendante ? Cette question brûlante et hélas sans frontières, sur laquelle plane le spectre du fascisme européen, tourmente à son tour l’Ecosse, tant au sein de la communauté musulmane que parmi les responsables politiques, la prise de conscience face à ce véritable fléau étant générale, et la détermination à l’éradiquer largement partagée.

"Toute forme d'attaque ou de discrimination fondée sur l'hypothèse de la religion, de la race d'une personne ou d'un bagage culturel est totalement inacceptable", a martelé le ministre de la Sécurité communautaire Roseanna Cunningham, dans les colonnes de The Herald Scotland.

Statistiques annuelles à l’appui, il est impossible de nier la recrudescence des actes et crimes motivés par la haine de l’islam en Ecosse, alors même qu’une étude a fait entrevoir une petite éclaircie à l'horizon, en  mettant en lumière la diminution de 15% des violences mues par l’intolérance religieuse en général, au cours de l’année écoulée.

Si chacun se félicite de ce recul, la multiplication des attaques anti-musulmans ( 80 en 2012 contre 19 en 2011, dont 57 ont été revendiquées par l’extrême droite écossaise (SDL) ) jette en revanche une ombre au tableau, l’inquiétude ayant gagné les rangs du gouvernement écossais, qui ne cesse de réaffirmer avec force son engagement à combattre la haine raciale et religieuse, ainsi que toutes les formes de préjugés qui détruisent les liens sociaux et nuisent sciemment à la cohésion nationale:  "L'Ecosse est un pays qui ne tolère pas les préjugés raciaux ou religieux, et nous sommes une nation où les gens sont de toutes confessions et où chacun a le droit de vivre en paix", a insisté Roseanna Cunningham. 

A mille lieues des débats stériles qui se polarisent sur le champ sémantique que recouvre le terme islamophobie pour mieux en minorer la réalité, la lutte contre l’islamophobie est aujourd’hui au cœur des priorités en Ecosse : "Nous devons travailler sérieusement au niveau de la communauté et avec les syndicats pour faire face au problème de la montée de l’extrême droite SDL, et battre en brèche ses opinions racistes et islamophobes qui polluent le débat public avec une virulence inouïe depuis le crime odieux du soldat Lee Ribgy", a déclaré le député Rob O'Donnell de Glasgow.

Margaret Woods, une syndicaliste, a fait écho à cet appel : "La baisse des crimes racistes est certes la bienvenue, mais elle ne doit pas occulter lee fait que les fascistes se déchaînent contre les immigrés, et c’est bien là la vraie source de préoccupation. Nous devons tout mettre en œuvre pour désamorcer cette haine de l’islam et mettre hors la loi les démonstrations de force  de la SDL."

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pourquoi 72% des Indonésiens veulent-ils la charia?

Rassemblement à Argenteuil contre l’islamophobie ( vidéo)