in

Le Times refuse de publier le réquisitoire d’Elie Wiesel accusant le Hamas de sacrifier les enfants palestiniens

Prix Nobel de la paix, Elie Wiesel, le philosophe américain rescapé du nazisme, fait figure de vénérable sage dans le monde entier, lu par des millions de lecteurs, décoré des plus hautes distinctions et écouté presque religieusement, autant de marques de reconnaissance qui lui confèrent une immense influence sur les esprits.

Aussi, quand ce docteur honoris causa de plus d’une centaine d’universités dans le monde va dans le sens du vent, en se faisant l’ardent défenseur d’Israël et le plus intraitable des censeurs contre le Hamas, on a toutes les raisons de craindre que sa voix très partisane ne l’emporte sur la clameur de protestation dénonçant, dans toutes les langues, les atrocités commises par l’ultra-sionisme vengeur.

Il n’est pas aisé de dire non à Elie Wiesel, et pourtant The Times l’a fait. En effet, la direction du célèbre quotidien britannique a refusé de publier la récente tribune de l’éminent intellectuel, dans laquelle celui-ci s’est assis sur ses grands principes éthiques sans vergogne, pour reprendre à son compte, en l'amplifiant, l’allégation selon laquelle le Hamas se sert des enfants palestiniens comme de boucliers humains.

La diatribe, infiniment sournoise et violente, parrainée par « The Values Network », une organisation fondée par le rabbin Shmuley Boteach, a été jugée trop à charge et trop anxiogène par les responsables du Times, qui ont estimé qu’elle était susceptible de heurter une partie de leurs lecteurs, ainsi que l’a rapporté le New York Observer.

C’est dans une encre trempée au vitriol qu’Elie Wiesel, fort de son aura internationale, a jeté l’anathème contre le Hamas, tout en enjoignant le monde entier, des puissants aux citoyens ordinaires, à choisir le bon camp, celui d’Israël cela va de soi, en se gardant bien de dire que la barbarie est pourtant de ce côté-là du mur de la honte, et que la résistance à l'oppresseur assoiffé de vengeance est du côté du Hamas.

Dans une condescendance insupportable, cet énième ambassadeur de Netanyahou aux Etats-Unis joue les hommes de paix, poussant le cynisme et la suffisance jusqu’à « exhorter les Palestiniens à trouver de vrais musulmans pour les représenter ». C’est bien là le comble du racisme de la part d’un philosophe pro-sioniste qui avance masqué, drapé dans sa respectabilité, dans un Occident où le soutien à Gaza et à l’ensemble de la Palestine forme désormais une immense chaîne de la solidarité par-delà les frontières idéologiques, culturelles et cultuelles.

Voici le réquisitoire, truffé de sophismes insidieux, que le Times n’a pas publié :

"Dans ma vie, j’ai vu des enfants juifs jetés dans le feu. Et maintenant, je vois des enfants musulmans utilisés comme des boucliers humains, dans les deux cas, par des adorateurs du culte de la mort qu’on ne peut différencier des adorateurs de Moloch.

Ce dont nous souffrons aujourd’hui, ce n’est pas d’une guerre des Juifs contre les Arabes, ni d’une guerre des Israéliens contre les Palestiniens. Il s’agit plutôt d’une guerre entre ceux qui défendent la vie et ceux qui glorifient la mort. C’est un combat de la civilisation contre la barbarie.

Est-ce que les deux cultures qui nous ont donné les Psaumes de David et les riches bibliothèques de l’Empire Ottoman ne partagent pas l’amour de la vie, de transmettre la sagesse et un avenir à leurs enfants? Et, peut-on discerner cela dans le sombre futur offert par le Hamas aux enfants arabes, d’être des kamikazes ou des boucliers humains pour des roquettes?

Mais, avant que les mères incapables de trouver le sommeil, à Gaza et à Tel Aviv, puissent trouver le repos, avant que les diplomates puissent sérieusement amorcer la reprise du dialogue… le culte de la mort du Hamas doit être regardé pour ce qu’il est.

J’appelle les Palestiniens à trouver de vrais Musulmans pour les représenter, des Musulmans qui ne mettront jamais délibérément un enfant en danger.

J’appelle le Président Obama et les dirigeants du monde à condamner l’utilisation par le Hamas, d’enfants comme boucliers humains. Et j’enjoins l’opinion publique américaine à se tenir fermement aux côtés du peuple d’Israël qui lutte une nouvelle fois pour sa survie, et aux côtés des habitants souffrant de Gaza qui rejettent la terreur et soutiennent la paix."

 

SOUTENEZ L’EFFORT DE VOTRE MEDIA 100% INDÉPENDANT, ENGAGÉ ET SOLIDAIRE ! ABONNEZ-VOUS : http://oumma.com/abonnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Irlande: SuperValu, la grande chaine de distribution a décidé de retirer les produits israéliens de ses rayons

Un sondage européen scandalise Israël