in

Le prince saoudien Al-Walid investit 300 M$ dans Twitter

Une parure de diamants ornant une limousine hollywoodienne, un Airbus80 Prestige pour s’envoler au-dessus du commun des mortels, rien n’est trop beau pour le prince et businessman saoudien Al-Walid ben Talal, 26ème fortune mondiale, qui mise aujourd’hui sur l’impact planétaire de Twitter pour consolider sa prise de participation dans les médias.

Et quand le petit-fils du roi d’Arabie Saoudite jette son dévolu sur un segment de marché florissant, la demi-mesure ne sied pas à l’héritier qui mène un train de vie princier. 300 millions de dollars via son fonds d’investissement Kingdom Holding Company, tel est le montant de sa contribution royale au réseau social qui fait « gazouiller »le monde.

« Notre investissement dans Twitter confirme notre capacité à identifier les bonnes occasions d’investir dans des affaires prometteuses, et susceptibles de délivrer une croissance rapide ainsi qu’un impact global », a déclaré le prince Al-Walid, qui vient d’ajouter une nouvelle corde à son arc en or massif, mêlant hôtellerie de luxe, banque et médias.

A la pointe de la technologie, mais arcboutés sur des principes archaïques, les princes de l’or noir ne sont pas à une contradiction près, et pendant qu’ils thésaurisent avec gourmandise, des manifestations chiites contre la monarchie wahhabite secouent le pays depuis le mois de mars, tuant deux civils mercredi dernier à Qatif. Une vidéo amateur a filmé un tank fonçant sur les contestataires, un acte de violence sans précédent depuis le début de la protestation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La décennie qui a signé la fin de cinq siècles d’hégémonie absolue occidentale sur le reste de la planète

Journal de 20h de France 2 : Voilà de la Boulette