in

Le plus grand syndicat universitaire au monde vote l’envoi d’une mission d’enquête à Gaza

L’UCU (Union of Colleges and Universities), syndicat qui regroupe 108.000 adhérents, vient de voter lors de son dernier congrès, l’envoi d’une délégation pour enquêter sur les conséquences sur l’éducation du blocus imposé à la population de Gaza par Israël et l’Egypte.

Au grand dam du gouvernement britannique, qui a trouvé qu’un tel voyage était « dangereux », une motion dans ce sens a été votée la semaine dernière à la majorité.

Le périodique britannique « The Imes Higher Education » rapporte que cette délégation doit se rendre à Gaza « dès que possible » afin de rendre compte de la situation au comité exécutif du syndicat.

Elle doit comprendre au moins une moitié de femmes, qui ont indiqué qu’elles ont pris connaissance de « la manière dont des femmes de plusieurs pays se rendant à Gaza à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme ont été bloquées à l’aéroport du Caire puis refoulées par le gouvernement égyptien. »

« Mais nous estimons que ce voyage est vital pour comprendre comment l’éducation des femmes et des filles est affectée par le blocus, ce qui est pour nous une question majeure », a déclaré Ann Blair, de l’université de Leeds, en réponse à certains détracteurs.

Ces derniers s’inquiétaient notamment que ce voyage « déplaise à certains universitaires juifs qui n’apprécient pas que le syndicat remette en cause la politique israélienne et qui y voient une marque d’antisémitisme ». (sic).

En 2012, ils avaient été jusqu’à poursuivre en justice l’UCU l’accusant de « voter des motions antisémites » mais avaient été déboutés par le tribunal (correspondant à un tribunal de Prud’hommes), qui avait conclu : « Il est inadmissible qu’une telle affaire ait fait l’objet d’une démarche judiciaire. C’est une tentative insupportable de parvenir à des fins politiques en instrumentalisant la justice ».

Mais le congrès ne s’est pas laissé intimider. Il vient de voter la résolution présentée par son Comité Femmes, et il :

  • condamne le siège de Gaza imposé par le gouvernement israélien et l’interdiction qui est faite aux étudiants de Gaza d’aller étudier en Cisjordanie.
  • condamne les autorités égyptiennes d’avoir maltraité et déporté les femmes de la Coalition contre le blocus de Gaza à l’occasion de la journée de la femme en mars 2014
  • appelle le secrétaire général du syndicat à interpeller l’ambassade d’Israël, l’ambassade d’Egypte et le FCO (Foreign and Commonwealth Office) en soutien au droit des femmes de Gaza d’étudier dans l’institution de leur choix et au droit des Femmes de tous pays à se rendre à Gaza pour manifester leur solidarité avec leurs soeurs sous blocus.
  • demande au comité exécutif du syndicat d’envoyer une délégation de membres de l’UCU à Gaza aussi vite que possible, en liaison avec la Campagne de Solidarité avec la Palestine (Palestine Solidarity Campaign)."

CAPJPO-EuroPalestine

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Malaisie, entre électronarcose et scandale Cadbury, peut-elle prendre le leadership du halal ?

Les musulmans de l’Oklahoma donnent leur sang en partenariat avec la Croix-Rouge américaine