in

Le péril nucléaire du Moyen-Orient, c’est aussi Israël (partie 2 et fin)

Les informations sur la capacité d’Israël à fabriquer la bombe proviennent en grande partie de cet ingénieur israélien, Mordechaï Vanunu qui a travaillé comme technicien nucléaire pendant près de dix ans à Machon 2, le bunker souterrain top secret construit pour fournir les composants de base nécessaires à la production d’armements à Dimona, le centre de recherche nucléaire. Les preuves, ainsi que les photographies apportées par Vanunu avaient surpris le monde entier ainsi que les experts en armement nucléaire car elles avaient démontré qu’Israël était devenu, en toute impunité, une puissance nucléaire. Tout en développant des techniques sophistiquées et hautement spécialisées, cet Etat avait construit un redoutable arsenal nucléaire. Théodore Taylor, un des experts américains les plus compétents avait estimé que le témoignage de Vanunu donnait à penser qu’Israël avait la capacité de produire 10 bombes atomiques par an, sensiblement plus petites, plus légères, et plus efficaces que les premiers types de bombes mis au points par les cinq grandes puissance nucléaires.

Vanunu, enlevé par les services secrets israéliens à Londres est détenu depuis seize ans dans les cachots israéliens. Il a été accusé d’être un traître calculateur qui a vendu des secrets d’Etat par haine de son pays et appât du gain. Nous avions, avec l’aide de quelques pacifistes monté un comité de soutien à ce jeune ingénieur courageux. Peu de Palestiniens ont voulu soutenir cette action, ne comprenant pas, à l’époque l’importance de ces révélations.

Les deux bombes fournies par la France

Lorsque Pierre Péan publiait son livre “Les deux bombes” “Comment la France a “donné” la bombe à Israël et à l’Irak” (paru en 1982aux éditions Fayard), dans lequel il critiquait le lourd héritage de cette double responsabilité prise par la France, entre 1956 et 1975,d’aider successivement deux pays belligérants du Moyen-Orient, le livre n’a pas fait la une des journaux. L’armement nucléaire d’Irak a été dénoncé, des mesures militaires ont été prises pour son élimination, en utilisant des armes nucléaires (à uranium appauvri) condamnées par ailleurs. Ce véritable acharnement a surpris tout le monde, surtout que ce même acharnement veille
à ne pas dénoncer l’autre “belligérant”. Pourquoi ne pas veiller au désarmement d’Israël ? Pourquoi ce “deux poids, deux mesures” ?

L’aviation israélienne s’étant permis en 1981 de détruire le réacteur nucléaire irakien Osirak, faisant passer cet acte inadmissible pour une légitime défense préventive tout en cachant soigneusement sa propre production atomique. C’était surtout pour éviter un rééquilibrage des forces en présence, l’Etat hébreu, avec le soutien occidental, voulant garder la supériorité atomique dans la région. Il est temps, suite au démantèlement de l’armement irakien, de forcer également les Israéliens à démanteler toutes leurs installations d’armes de destructions de masses, afin de construire un Moyen-Orient dénucléarisé et débarrassé des armes chimiques et biologiques, afin qu’aucun pays ne puisse prendre les autres en otage.

Israël possède certainement aussi des armes chimiques

Lorsqu’un avion d’El Al (Compagnie israélienne) transportant une cargaison de produits chimiques hautement toxiques, certainement radioactifs, servant à la fabrication d’armes, s’est écrasé aux Pays-Bas, il y a une dizaine d’années, contaminant toute une région, nous avons découvert qu’Israël fabriquait également des armes chimiques. Suite à cet accident, plusieurs leucémies, cancers et autres maladies liés à la dissémination de ces produits s’étaient déclarés dans la population. Les écologistes hollandais et les mouvement antinucléaires avaient dénoncé cette catastrophe. Malheureusement cet accident, ayant eu de si terribles répercussions sur la santé des populations a été étouffé par l’ensemble du monde politique et les médias.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dates prévisionnelles des principaux événements religieux

Parution prochaine d’un livre sur le procès du général Nezzar