in

Le nationalisme australien déverse sa haine de l’islam à travers des auto-collants anti-halal

A l’ère du marketing politique, les nationalistes revanchards de tous les pays ont souvent l’islamophobie comme seul programme, celle-ci se déclinant non seulement dans une rhétorique fielleuse, modulable à souhait en fonction des publics à galvaniser, mais aussi dans des produits dérivés tout aussi adaptables et nocifs.

C’est un autocollant découvert, début juillet, sur une tasse de café dans un supermarché de la ville de Underwood, au sud de Brisbane, qui a exposé aux yeux du grand public, médusé par tant de haine, la propagande anti-islam du parti "One Nation, la Renaissance de l’Australie", un parti de "patriotes" dirigé par un certain Mike Holt, qui, comme tant d’autres de par le monde, se drape dans un chauvinisme respectable.

"Attention ! Les produits alimentaires Halal financent le terrorisme !", tel est le slogan tétanisant qui a été collé rageusement par une jeune femme de 26 ans, au point de briser le socle de la tasse, et qui l’a conduite tout droit dans le prétoire du Queensland pour un acte qualifié d’"agressif, grotesque et à seule fin d’attiser la haine" par le ministre des Affaires multiculturelles Glen Elmes en personne.

Ce dernier a condamné avec force le racisme véhiculé par le site du parti "One Nation", où ces autocollants anti-halal sont en vente libre, en déplorant vivement le nouveau palier franchi par ce mouvement dans l’exacerbation des peurs. "Force reste à la loi, et toute personne prise en flagrant délit de vandalisme dans un supermarché pour promouvoir la discrimination raciale tombe sous le coup de la loi", a-t-il déclaré, ajoutant : "Le Queensland compte près de 37.000 personnes de confession musulmane et elles devraient être libres de pratiquer leurs croyances religieuses et culturelles sans craindre des agressions aussi bêtes et méchantes que celle qui vient de se produire, et qui fait suite à d’autres signées des artisans de la haine".

Sans grande surprise, Mike Holt, le leader du parti nationaliste, préfère plastronner en se vantant d’avoir écoulé 24 000 autocollants anti-halal en moins de deux mois en Australie, mais aussi en Grande-Bretagne, Nouvelle-Zélande et en Suisse, tout en niant toute intention malveillante, puisque, selon lui, le sentiment anti-musulmans est déjà bel et bien prégnant dans la société australienne.

Feignant l’innocence avec un art consommé de la mascarade et un cynisme confondant, que ne renierait pas la dynastie Le Pen, Mike Holt se dédouane de toute faute : "Je voulais juste faire prendre conscience aux gens qui achètent cette nourriture de bonne foi que ces produits sont assujettis à une taxe halal qui va directement dans la poche des organisations musulmanes. La jeune femme de 26 ans a agi avec son cœur, et elle ne devrait pas être blâmée pour cela."

Mais le meilleur reste pour la fin, quand Mike Holt, qui se croit au-dessus de tout soupçon pour avoir épousé une Thaïlandaise, clame haut et fort ne pas être raciste. Son épouse serait-elle sa caution multiculturelle ? On pourrait donc être islamophobe et imperméable au racisme, la supercherie cocardière est sans frontières et sans limites…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tunisie: assassinat de l’opposant Mohamed Brahmi: A qui profite le crime ?

Une cure de vitamines pendant le Ramadan, c’est possible avec NoorVitamins !