in ,

Le monde arabe salue la décision de l’Arabie saoudite de maintenir le Hajj, mais «très limité»

Respectueuse des prescriptions islamiques qui enjoignent de préserver la vie, l’Arabie saoudite, qui a le redoutable privilège d’être le nouveau terrain de prédilection du Covid-19 près du Golfe persique (plus de 161 000 cas de contamination et plus de 13 00 décès), a pris une sage décision à laquelle adhère, sans la moindre fausse note, l’ensemble de la galaxie arabo-musulmane : limiter drastiquement l’accès au Hajj afin de mieux juguler la propagation du virus sans frontières.

C’est au nom de la protection de la vie humaine, ce don précieux de Dieu dont la sacralité ne saurait être remise en cause, que la monarchie saoudienne s’est prononcée en faveur du maintien du grand pèlerinage, le 28 juillet prochain, mais en le réservant exclusivement à quelque 1 000 fidèles résidant sur son sol. Des pèlerins de toutes origines dûment sélectionnés, qui devront avoir moins de 65 ans et ne pas souffrir de maladies chroniques.

« La décision du royaume découle des mesures préventives et de précaution prises pour contenir la propagation de la pandémie et pour protéger tous les humains contre ses risques, et ce, conformément aux enseignements de l’islam commandant de préserver la vie », s’est félicité le Bureau des affaires du Hajj des Émirats arabes unis (HAO).

Publicité
Publicité
Publicité

Le ministre égyptien des Dotations religieuses, les hauts dignitaires d’Al-Azhar, ainsi que l’ambassadeur de Djibouti auprès du royaume, Dya-Eddine Bamakhrama, ont également applaudi des deux mains à cette décision jugée très avisée, tandis que le Bahreïn et la Ligue arabe ont salué les efforts déployés par les autorités saoudiennes pour « aider et accompagner au mieux les pèlerins et leur permettre d’accomplir un pèlerinage en toute sécurité, sans que leur vie soit en danger ».

« Cette décision est pleinement approuvée pour deux raisons. Premièrement, cela reflète la volonté de l’Arabie saoudite de maintenir le rite du Hajj, et deuxièmement, de lutter contre la pandémie de coronavirus, car les longues processions de fidèles, issus des quatre coins du monde, représentent un risque majeur que personne, en l’état actuel des choses, ne peut se permettre de courir», a déclaré le haut émissaire de Djibouti.

Alors qu’elles exhortent à redoubler de vigilance et à ne faire pas d’entorse aux consignes sanitaires toujours en vigueur, les autorités saoudiennes ont levé, le 21 juin, les couvre-feux qui avaient été instaurés à travers le pays, ainsi que l’interdiction de voyager sur le territoire national. Seule la suspension des vols internationaux est maintenue, jusqu’à nouvel ordre.

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Publication du Rapport Européen sur l’Islamophobie

La Ligue arabe réclame le retrait des forces étrangères en Libye