in

Le métro d’Alger à peine ouvert, déjà dégradé

Longtemps attendu, et déjà vandalisé, le métro flambant neuf d’Alger, opérationnel depuis deux semaines, a été victime de l’incivisme.

Plusieurs des dix stations qui desservent la métropole algérienne ont été dégradées jeudi dernier, dans le courant de la nuit, au mépris de la sécurité des passagers, notamment des personnes âgées, et du surcoût qu’entraîneront inévitablement les réparations.

Des dépenses supplémentaires dont se serait bien passé ce bel ouvrage à la gestation chaotique, qui a changé la vie des usagers algérois à hauteur de 1 milliards d’euros.

La sécurisation du métro est confiée à 400 policiers et 400 agents de la Régie autonome des transports parisiens (RATP) pour huit ans, qui doivent être sur les dents depuis que la bêtise humaine a frappé.

Reportage sur le premier jour d’ouverture du métro d’Alger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse : des restes de porcs enterrés sur le terrain d’une future mosquée

Michel Collon interdit de conférence à Paris par la CGT