in ,

Le beau geste de musulmans canadiens : ils offrent des cartables et des fournitures scolaires à deux écoles catholiques

A Yellowknife, deux semaines avant que l’heure de la rentrée ait sonné, et alors que les chères têtes blondes de deux écoles catholiques peinaient à remplir leur cartable des fournitures scolaires exigées, une belle surprise les attendait dans la cour de récréation, sous les yeux attendris de leurs bienfaiteurs…

Ces bienfaiteurs inattendus, qui se sont fait une joie de jouer les pères Noël avant l’heure, sont issus de la communauté musulmane locale. Une communauté, parfaitement intégrée dans le paysage urbain des Territoires du Nord-Ouest canadien, et au-delà, dans leurs immenses étendues, qui avait à cœur de témoigner sa reconnaissance envers ses concitoyens non musulmans, envers les autochtones.

Aussi, quand l’une de ses grandes figures, Nazim Awan, fut avisé début août des maigres ressources de la plupart des familles catholiques dont les enfants étaient scolarisés à N’Dilo, et de leurs difficultés à se procurer des fournitures scolaires toujours aussi onéreuses, sa décision fut rapidement prise : le Centre islamique de Yellowknife, dont il est le président, allait pourvoir à leurs besoins.

Publicité

La solidarité chevillée au corps, Nazim Awan (à gauche en haut sur la photo), en coopération avec l’organisation de bienfaisance Islamic Relief Canada, n’a pas ménagé ses efforts pour battre le rappel des troupes et récolter en un temps record les 7 000 euros qui feraient bien des heureux.

Grâce à la générosité des fidèles, qui ne se sont pas fait prier pour apporter leur contribution, d’autant plus qu’elle servait la noble cause de l’acquisition du savoir – à ce point prioritaire en islam qu’elle est érigée en devoir religieux – des cartables joliment ornés et leurs indispensables fournitures scolaires ont été distribués avec prodigalité pendant toute une journée. De quoi dissuader à jamais de faire l’école buissonnière !

Ernest Betsina, directeur d’une école catholique à N’Dilo, à gauche sur la photo

« Nous attachons une grande importance à l’éducation. Nous aspirions depuis longtemps à nouer des partenariats éducatifs avec les autochtones », a confié celui qui fait désormais figure de bon Samaritain à Yellowknife, Nazim Awan.

« Nous avions tellement envie de montrer notre gratitude à nos concitoyens non musulmans et de donner en retour. Voir les yeux des enfants briller devant les cartables tout neufs qu’on leur tendait fut un grand moment de bonheur pour tous les fidèles. C’est aussi notre contribution à la coexistence fraternelle et harmonieuse », s’est félicité le président du Centre islamique.

Publicité

C’est avec une profonde émotion qu’Ernest Betsina, le directeur de l’une des deux écoles catholiques, a accepté la main tendue par la communauté musulmane, en souhaitant qu’elle soit le prélude à un rapprochement pérenne et fructueux. « Plusieurs familles ont hélas de faibles revenus et le prix des fournitures scolaires a encore augmenté cette année. Je n’ai pas de mots assez forts pour exprimer mes remerciements à nos concitoyens musulmans pour leur magnifique geste de solidarité », a déclaré ce dernier, avant de donner une accolade chaleureuse à Nazim Awan.

Publicité

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Excellent ! Très beau geste ! On rêve de musulmans comme ceux la reconnaissants d’être accueillis. S’ils poursuivent sur leur lancée sans imposer leur religion en respectant la culture de leur nouvelle patrie, on ne doute pas qu’ils soient acceptés très bientôt comme des « autochtones ».

    • Oui, il faudrait répéter le même geste dans les pays d’islam, où se déclarer non-musulman ouvertement et simplement en parler peut être interprété comme du prosélytisme.
      Oh l’infâme prosélytisme chrétien que combattent “légitimement” les pays musulmans alors que l’Occident l’accepte en sens inverse !
      Ca peut valoir la prison ferme, notamment en Algérie ou au Maroc, où la tentative “d’affaiblir la foi” d’un musulman peut vous y conduire.
      Je dirais que nous les Occidentaux, nous sommes d’une naïveté lâche qui va nous valoir dans l’avenir beaucoup d’ennuis, faute d’intégration. Car si nous sommes si tolérants, en face c’est considéré comme de la faiblesse.
      Tout le monde peut croire dans une religion, même de tradition conquérante, puisque les Maghrébins ont été conquis et se prennent maintenant pour des Arabes tellement ça a bien fonctionné.
      Mais il faut vouloir vivre avec ses concitoyens quand on est chez eux, et surtout quand on voit le spectacle dans nos rues : un minimum de discrétion religieuse dans le vêtement pour vivre ensemble en France serait bienvenu.
      Ces gens affublés de la sorte travaillent-ils et contribuent-ils à la prospérité du pays ? J’en doute. De quoi vivent-ils ? Des aides sociales ? Quel est l’intérêt de notre pays dans tout cela ?
      N’est-ce pas Rachid Zani ?

      • Leroy. Je pense que nous sommes en phase pour critiquer l’islam conquérant qui ne dit pas son nom et sur la faiblesse de nos démocraties face à ce phénomène réel et pas fantasmé comme on voudrait nous le faire croire. Ce faisant, je garde à l’esprit un principe d’une grande simplicité pour ne pas m’égarer : juger un homme ou une femme a ce qu’ils font (les propos ont également leur importance), fussent ils musulmans. Je n’ai aucun doute qu’il existe des musulmans paisibles et respectueux même si ici ce ne sont pas eux qui font le plus de bruit. J’ai la crainte comme vous qu’ils ne pèsent pas bien lourd dans la balance quand l’islam dans sa dimension politique prendra le dessus sur une spiritualité qui s’amenuise à vue d’œil quand je lis certains propos ici. Car le jihad mineur est aussi inscrit dans l’islam. Mais il faut juger sur pièce toujours, quoiqu’il en coûte. Ces musulmans américains ont ainsi bien plus avoir avec nous que certains musulmans français et sur ce site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Rares images d’un village rohingya, deux ans après sa destruction par l’armée birmane

Evan Mehdi Fournier : la star du basket français revendique fièrement ses origines algériennes