in ,

Le beau défi d’un musulman britannique : il marche pour la Paix vers La Mecque

Que de chemin parcouru depuis ce 3 novembre 2019, où Farid Feyadi, 40 ans, a quitté sa ville natale de Manchester couverte de brume, sous les yeux émus des siens, pour accomplir son djihad suprême, le regard tourné vers le lointain nimbé de Lumière : La Mecque.

Ce marcheur devant l’Eternel, dont Allah guide et éclaire chacun des pas, brave depuis bientôt 4 mois les caprices du ciel, transcende sa fatigue, contourne les inévitables obstacles qui jalonnent sa longue route, sans jamais dévier de la trajectoire qu’il s’est tracée, ni renoncer à la noble mission qu’il s’est assignée : marcher vers Dieu et pour la Paix, sous la bannière « Walk for Peace » brandie fièrement partout où il passe et fait des haltes ressourçantes.

Publicité
Publicité
Publicité

Designer de son état et féru d’histoire, Farid Feyadi, armé de sa foi inébranlable, a pris son bâton de pèlerin pour porter la bonne parole et refléter une belle image de l’islam tout au long de son aventure exaltante, émaillée de belles rencontres marquantes, notamment en Bosnie, Albanie et en Turquie.

« En tant que musulman, je crois que chacun de nous est un ambassadeur de cette religion. Nous avons tous une grande responsabilité sur nos épaules pour représenter l’islam et les musulmans de la meilleure façon possible. J’ai essayé de faire quelque chose de très pacifique afin de montrer que l’islam est une religion de paix », a-t-il expliqué à l’agence de presse turque Anadolu.

Publicité
Publicité
Publicité

Il avale les kilomètres à petites ou grandes enjambées, selon sa forme du moment, en repoussant toujours plus loin ses limites afin d’être une source d’inspiration pour les jeunes générations musulmanes, mais pas seulement.

En effet, Farid Feyadi a aussi à cœur de relever son formidable défi pour insuffler de l’espoir à toutes celles et ceux qui, à travers le monde, l’ont parfois perdu face au cancer qui les ronge, après avoir été lui-même confronté à la maladie et l’avoir courageusement vaincue.

« Je peux dire que je suis un survivant du cancer du rein. Je vis avec un seul rein. Je dédie aussi cette marche à tous les hommes et les femmes qui luttent contre le cancer. Toute cette bénédiction vient d’Allah. S’Il ne m’avait pas aidé à chaque instant de ma vie, je ne serais pas ici aujourd’hui. Depuis début novembre, j’ai marché constamment, sans jamais m’arrêter, par tous les temps, sous de fortes de pluies et dans la neige », a-t-il confié avec émotion.

Avant de reprendre le cours de son expédition pédestre et de s’éloigner d’Istanbul, la ville fascinante aux mille mosquées dont il gardera un souvenir impérissable, Farid Feyadi, qui prévoit de fouler la Terre sainte en juillet, a souhaité délivrer un message universel poignant : « A tous, musulmans et non musulmans, je dis ceci : ayez toujours une intention pure, un cœur pur. Ouvrez votre coeur aux autres, au monde, et qu’il soit empli de paix et d’amour ».

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Propos islamophobes du PDG de Ryanair : il présente des excuses… en rejetant la faute sur la presse !

Coronavirus : une pandémie est à craindre selon l’OMS