in ,

L’Arabie saoudite lance officiellement sa Fédération féminine de football

Formidable booster pour l’avenir, le plan de réformes « Vision 2030 » mis en oeuvre par l’Arabie saoudite ouvre le champ des possibles à une société restée longtemps figée dans son rigorisme, et de nouveaux horizons à la gent féminine, résolument émancipateurs.

A l’heure où certains interdits tombent, quelques archaïsmes s’estompent et le plafond de verre tremble, l’autonomisation des Saoudiennes a enregistré, au fil des mois, des avancées notables, jusqu’à ce lundi 24 février mémorable où elle a esquissé un pas de géant à Riyad.

C’est sur un terrain où on ne l’attendait pas, qui plus est dans l’un des bastions masculins les plus irréductibles, que la cause des femmes a fait ce « grand bond en avant », comme s’en réjouit son principal instigateur, le prince Khaled bin Al-Waleed bin Talal, à travers la création de la Fédération féminine de football (Women Football League). Un véritable événement !

Publicité
Publicité
Publicité

Inaugurée en grande pompe, la WFL, qui est entièrement financée par la Fédération saoudienne des sports pour tous (SFA), dont le prince Khaled bin Al-Waleed bin Talal est le jeune président très actif, jouera un rôle moteur dans la réalisation des objectifs que se fixe le royaume saoudien, au point d’être d’ores et déjà érigée en fleuron de l’ère de la modernité.

« La WFL est née parce que nous avons compris qu’il y avait un besoin de football communautaire pour les femmes », a déclaré le prince Khaled, ajoutant : « Cette fédération féminine est le prélude à la création d’autres fédérations promouvant le sport féminin. Elle servira de modèle en termes d’infrastructure et d’inclusion, et sera l’un des fers de lance de notre Plan Vision 2030 qui aspire à bâtir une société saine et dynamique ».

Publicité
Publicité
Publicité

Après avoir adressé ses sincères remerciements au roi Salman, au prince héritier Mohammed bin Salman et au prince Abdul Aziz bin Turki Al-Faisal, président de la General Sports Authority, pour leur « soutien sans faille », il a souligné l’importance que revêt la création de la WLF pour « l’avenir de notre pays, de notre santé, de notre jeunesse ».

Les jeunes joueuses sélectionnées, de la graine de championnes

A l’approche du coup d’envoi historique qui sera donné, début mars, au tout premier championnat de football féminin du royaume wahhabite (des joueuses de plus de 17 ans), Shaima Saleh Al-Husseini, la directrice générale de la SFA, s’est non seulement félicitée que le football saoudien puisse se conjuguer au féminin, mais qu’il contribue aussi à améliorer considérablement la visibilité des femmes dans le sport.

« L’autonomisation des femmes passe par des programmes positifs et proactifs comme le WFL qui ont été conçus pour continuer d’avoir un impact durable sur la santé, la forme physique et le bien-être », a insisté cette fervente promotrice de la présence de la gent féminine dans toutes les sphères de la société, en l’occurrence sur les vertes pelouses du sport roi.

Dans la droite ligne de la féminisation en marche de son football, l’Arabie saoudite a mis en place un programme de formation d’arbitres et d’entraîneurs 100% féminin.

Le Prince Khaled Al-Waleed bin Talal, l’un des principaux artisans de la WFL, exprimant sa satisfaction devant la caméra d’Arab News :

 

 

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Canada : une mosquée, odieusement profanée, pardonne à ses quatre jeunes vandales

L’Iran confronté au coronavirus souffre des sanctions américaines