in

La vive altercation entre deux juives New Yorkaises au sujet de la Palestine

Une femme peut en cacher une autre, et lorsqu’une juive New Yorkaise se fait passer pour une Palestinienne afin de rabattre son caquet à une autre juive de Brooklyn pro-sioniste, la morale de l’histoire est sauve, une fois n'est pas coutume : c’est la deuxième qui a subi les conséquences de ses paroles et de ses actes inqualifiables en étant éjectée de l’avion où elle avait pris place.

La scène, peu banale, qui prêterait à sourire si elle n’était aussi tristement révélatrice du climat ambiant, s’est passée le 7 juillet, à bord de la compagnie JetBlue, lors d’un vol ralliant la Floride à New York, opposant dans un vif échange qui a dégénéré deux juives New Yorkaises aux points de vue irréconciliables.

La première, la très embourgeoisée Lisa Rosenberg (photo ci-dessus), gynécologue de profession, était suspendue à son téléphone portable avant le décollage, parlant à voix haute de l’offensive aérienne israélienne, mais aussi et surtout de la population palestinienne dans des termes abjects qui heurtèrent les oreilles de la seconde, laquelle, n’y tenant plus, s’approcha de la passagère fort importune en se faisant passer pour une Palestinienne scandalisée par ses propos insupportables.

La confrontation des deux femmes fut explosive, et pour se sortir de ce mauvais pas, Lisa Rosenberg ne trouva rien de mieux que de jouer les victimes, et pire encore d’affoler l’équipage en affirmant que celle qu’elle pensait être une palestinienne avait des explosifs dans son sac, appliquant la même stratégie que l’Etat hébreu, basée sur la duplicité, les contre-vérités éhontées et la manipulation des esprits.

De son côté, la juive pro-palestinienne, qui serait en réalité une parente de Menahem Begin, sidérée par la violence de la réaction de Lisa Rosenberg, contestait avec force les allégations de la « pit-bull » qui se dressait devant elle et qui hurlait : "Vous êtes des tueurs d’enfants".

"J’ai dit que j’étais palestinienne, parce que je voulais que cette femme arrête sa diatribe anti-palestinienne. Si j’avais dit que j’étais juive, elle aurait continué", a-t-elle déclaré à la presse, ajoutant : "Je suis plus sioniste que Lisa Rosenberg ne le sera jamais. Pensez, mon cousin au troisième degré était Menahem Begin. Mais contrairement à elle, et comme la plupart des gens, je souhaite qu’Israël et la Palestine trouvent un moyen de coexister pacifiquement."

Devenue incontrôlable, Lisa Rosenberg, dont les mensonges odieux furent vite démystifiés par un commandant de bord particulièrement avisé et intègre, a été finalement classée persona non grata et reconduite vers la sortie de l'appareil sous bonne escorte, munie d’un billet pour regagner New York sur un autre vol.

Débarquée de l’avion comme le vrai danger public qu’elle représentait, cette dernière fulminait, criant à qui voulait l’entendre que le commandant lui aurait lancé que "Les Juifs ne font pas la loi à bord", exigeant des excuses publiques. Emportée par la déraison, nul ne sait si en arrivant sur le tarmac de l’aéroport de JFK, la juive pro-sioniste a enfin atterri et remis les pieds sur terre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La future Wonder Woman au cinéma soutient l’armée israélienne

Deux sympathisants de la LDJ condamnés pour avoir visé la voiture d’un juif antisioniste avec une bombe artisanale