in ,

La star du football égyptien, ne participera pas à un match pour la paix en raison d’un joueur israélien

Véritable légende du football, suscitant respect et admiration tant pour sa virtuosité offensive sur les pelouses de ses exploits que pour la piété, l’intégrité et la bienséance qui guident ses pas et ses actes en dehors des stades, l’Egyptien Mohamed Aboutreika, consacré meilleur joueur africain en 2008 et 2012, a refusé de mouiller le maillot dans le cadre d’un match pour la paix, fidèle à ses convictions et pour la bonne cause.

C’est en effet pour la juste cause palestinienne, outrageusement martyrisée et piétinée, que l’icône adulée du sport roi chez lui et dans toute l’Afrique, faisant la fierté de sa ville natale de Gizeh, a décliné l’invitation du Vatican le conviant, à travers son Académie pontificale dédiée aux sciences sociales et la Fondation Pupi (un organisme de bienfaisance basé à Buenos Aires et créé par l’ancienne vedette de l’Inter Milan, Javier « Pupi » Zanetti), à rejoindre une kyrielle de stars, dont Zidane, Robert Baggio, Lionel Messi, mais aussi et surtout l’Israélien Yossi Benayoun. Yossi Benayoun, ancien joueur de Chelsea et actuel milieu de terrain du Maccabi Haïfa, qui s’est vu infliger, en juillet, un tacle magistral au sujet de Gaza par Joey Barton, son ex-coéquipier, dans un échange de tweets qui a fait bourdonner les réseaux sociaux…

“Pardonnez-nous, nous avons une responsabilité vis-à-vis des nouvelles générations”, a déclaré Mohamed Aboutreika sur son compte twitter, en précisant qu’il lui était impossible de fouler le même terrain que celui d’un représentant et ardent défenseur de « l’Etat sioniste », qui a fait de Gaza un paysage de désolation et un immense cimetière à ciel ouvert.

Placé sous l’égide du Pape François, ce match de solidarité pour le moins surréaliste qui, le 1er septembre, jouera collectif pour la paix dans le vaste terrain miné qu’est notre monde à feu et à sang, et dont les Gazaouis ont le macabre privilège d’être érigés en martyrs d’un été israélien meurtrier, se déroulera sans le jeune retraité du football égyptien.

Longtemps surnommé le « Zinedine Zidane de l’Afrique », mais avec l’engagement en faveur de nobles causes humanitaires chevillé au corps, notamment contre la faim et farouchement pro-palestinien, Mohamed Aboutreika, alors à l’apogée de sa brillante carrière, entra dans la postérité en 2008, lorsqu’il souleva son maillot, au cours de la Coupe d’Afrique des nations de Football au Ghana, pour montrer un t-shirt siglé « Compassion pour la bande de Gaza », en signe de solidarité avec la population de l’enclave palestinienne qui subissait de plein fouet la terrifiante opération vengeresse « Plomb durci ».

Il ne dribblera pas lors d’une rencontre qui, pour avoir reçu la bénédiction papale, n’en offre pas moins une violente collision d’images avec l’effroyable réalité de Gaza réduite en cendres, tout en normalisant la propre image d’Israël, pourtant maculée du sang des Palestiniens, Mohamed Aboutreika s’honore une fois de plus en faisant obstruction à cette sinistre parodie de la paix en crampons.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

R.Nekkaz en Belgique pour payer les amendes des femmes verbalisés pour port du niqab

Femme voilée: Harlem Désir comprend Morano, Pécresse la désapprouve