in

La révolution algérienne : de la joie et des questions

Les révolutions se font souvent dans le sang et les larmes. Des philosophes ont même soutenu l’idée que la violence est une nécessité pour les opprimés qui veulent se libérer et que la non-violence n’est qu’un rêve auquel l’humanité s’accroche pour se consoler. Les gilets jaunes encore ce samedi sont la preuve que beaucoup sont encore convaincus que la violence est le seul moyen de faire entendre sa voix et de faire valoir son droit.

Les Algériens veulent prouver le contraire. Depuis plusieurs jours, leur pays vit au rythme de manifestations dont la particularité est de vouloir être non-violentes. C’est avec ce désir de mener une révolution non-violente que des hommes et des femmes ont manifesté partout dans le pays. Ils avaient le même mot d’ordre : leur révolution doit être une “révolution de paix”. Partout ils scandaient “Silmia, silmia”, qui signifie pacifique, pacifique. Après de longues années d’absence de la scène politique internationale, l’Algérie attire les regards du monde entier.

Un phénomène algérien

Les Algériens mènent une révolution de non-violence. Ils veulent bannir l’idée de la violence révolutionnaire. Meilleur encore, ils veulent que leur révolution soit également joyeuse.Ils manifestent en chantant et en dansant ; inédit pour un mouvement de révolte populaire. Depuis quelques années, je dis : “un jour, ce peuple va nous surprendre”, voilà que c’est fait. Un “phénomène algérien” est né. Quelle explication pouvons-nous avancer pour le comprendre ?

Assurément les années de braise et les expériences malheureuses de certains pays qui ont sombré dans la terreur ont fait que les Algériens ont décidé de mener un changement pacifique. Le pouvoir n’ayant pas cessé de rappeler ces souvenirs douloureux a indirectement contribué à cette volonté de mener une révolution non-violente. Le peuple a fini par se dire : “d’accord si c’est cela le problème, on fera une révolution pacifique, on ne touchera pas à une seule pierre, on ne cassera aucune vitrine et on n’insultera aucun policier”. C’est ce qu’ils ont fait et c’est ce qui a donné à ce soulèvement toute sa splendeur et sa grandeur. Le moyen que le pouvoir a utilisé pour tenir le peuple s’est finalement retourné contre lui ; le caractère pacifique de ces revendications a empêché le pouvoir de recourir à son arme redoutable, “la violence légitime” de l’État.

Publicité

Le peuple a mesuré sa force, par son nombre et sa détermination, et a surtout réalisé la valeur et l’impact du caractère pacifique de ses revendications notamment lorsque le pouvoir a reconnu que le système devait changer. Cette expérience politique sur le terrain l’a conforté dans l’idée qu’il n’aurait pas besoin de recourir à la violence pour faire entendre sa voix et changer son destin ; il a continué à réclamer ses droits légitimes avec la même force tranquille, avec le même civisme.

Quant au caractère festif de ce mouvement citoyen algérien, il y a certainement quelque chose qui est lié au tempérament des Algériens qui aiment s’amuser, se laisser aller à la joie que des contraintes sociales très lourdes les ont forcés à refouler, notamment ces dernières années avec la montée de l’islamisme et sa main mise sur la société.

Les plus grandes mobilisations se font les vendredis. Alors que la prière ne dure qu’une petite partie de la journée, ce jour de la semaine était jusque-là un jour triste, inactif, mort où même les activités culturelles n’étaient pas permises ; les Algériens sont heureux de récupérer le vendredi et de le se l’approprier pour le dédier à la prière pour ceux qui veulent, mais aussi à la vie, à la joie.

À chaque mobilisation, les Algériens expriment, à travers les milliers de photos partagées, une grande fierté montrant un peuple qui n’a pas seulement besoin d’être heureux, mais également d’être fier. Autant ces manifestations sont pacifiques et belles, autant les Algériens sont fiers. Une fierté qui leur donne la volonté de fournir plus d’efforts pour leur mouvement, pour leur pays.

Publicité

En effet, pendant toute son histoire, pour diverses raisons, ce peuple a été empêché d’être fier. On lui a dit que sa langue n’était pas belle, que ses origines n’étaient pas nobles, que son histoire était insignifiante. On lui a dit qu’il fallait s’exprimer dans une autre langue, s’inventer d’autres origines et oublier son histoire. Aujourd’hui, il y a une forme de revanche sur l’histoire. Le peuple algérien est tellement beau par son civisme et sa maturité politique qu’il a rendu l’Algérie merveilleusement belle, voilà ce qui lui procure de la fierté.

Si les Algériens arrivent à réaliser l’objectif de leur mouvement : construire une deuxième république démocratique et un réel État de droit, ils auront réussi à consolider le principe de la non-violence comme moyen de revendication et de libération. S’ils arrivent à se délivrer du poids islamiste qui pèse sur les esprits, ils changeront non seulement leur vie, mais également celle d’un grand nombre de peuples. Seuls les jeunes femmes et les jeunes hommes peuvent réaliser cet exploit. Il faut leur faire confiance. Ils sont capables de tirer l’Algérie vers le haut.

Publicité
Publicité

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. On peut toujours rêver mais la politique, et plus encore les révolutions, c’est toujours une histoire de mobilisation, d’organisation et de rapports de force créés par cette organisation-mobilisation. Il peut parfois ne pas y avoir de violence directe, mais à une seule condition, avoir la possibilité et les moyens d’utiliser la menace d’utiliser la violence. Cette vérité, Sun Tse l’avait déjà découverte il y a plus de 2000 ans. Faire peur par la force ou par la menace est le seul moyen d’arracher le pouvoir à celui qui a le pouvoir et les bénéfices qu’il tire de lui, à titre individuel ou collectif, de classe. On ne peut quand même pas lui demander de se suicider et de renoncer sans lutter à ce qui constitue le but de son existence misérable. Même la gentille révolution des oeillets au Portugal a pu réussir sa première étape (la démocratisation politique, la seconde étape, la démocratisation sociale fut un échec) parce que les oeillets étaient plantés sur les carabines des soldats. Soldats qui revenaient d’une guerre coloniale atroce et qui savaient donc que pour abattre la force il fallait avoir la force. Si les Egyptiens ont échoué en 2011, c’est parce que peu d’entre eux se sont alors posés la question …mais qui possède les fusils ?

  2. C’était la même chose en 62, révolution, de joie et plaine de questions, faite par neuf millions de mendiants.

    La société a compris qu’il faut revenir au point de départ.

  3. Quel est l’objectif de cet article ponctué plusieurs fois du terme islamiste? s’agit-il de secouer une nouvelle fois le spectre de l’islamisme=terrorisme et muselage de la société?
    Arrêtons d’utiliser la religion pour repousser ou attirer: c’est une insulte faite aux Algériens et c’est contradictoire avec la maturité politique que leur prête en même temps cet article.
    Par ailleurs, la personne qui a écrit cet article n’est certainement pas sans savoir que le vendredi est chômé en Algérie comme le dimanche en France: beaucoup de commerces sont fermés, les gens en profitent pour déjeûner en famille, comme en France les rues sont souvent désertes surtout en province…Il n’y a pas un chat dehors. Je rajoute qu’au début des années 2000, le WE s’étalait sur le jeudi et le vendredi mais que cela a été modifié à la demande …Des Algériens.
    A bon entendeur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Etats-Unis : Maysaa Ouza, la première avocate et femme officier voilée de l’US Air Force

Royaume-Uni : musulmans et juifs plus unis que jamais lors du “Sadaqa Day”, après le massacre de Christchurch