in

La mobilisation en faveur de la libération d’Ahmad Manasra, le jeune martyr palestinien, s’intensifie

Il n’avait que 13 ans lorsqu’Israël, avec une cruauté sans nom, l’a jeté dans son enfer concentrationnaire, où l’arbitraire le plus absolu règne en maître et les droits sacrés de l’enfance sont piétinés.

Le supplicié Ahmad Manasra, âgé aujourd’hui de 20 ans, dont l’adolescence a non seulement été volée mais atrocement brisée, vient d’être transféré en urgence à l’hôpital de la prison de Ramleh, en raison de la détérioration de sa santé, rapporte l’agence palestinienne de presse Wafa.

Depuis plus de sept ans, celui qui est devenu un jeune adulte a vécu un long et effroyable calvaire derrière les barreaux, au-delà de l’imaginable et de l’humainement tolérable. Longuement torturé, privé de visites, notamment de celles de ses parents, placé très longtemps à l’isolement, Ahmad Manasra souffre aujourd’hui de troubles psychologiques alarmants, conséquence inévitable des graves sévices qui lui furent infligés, devant lesquels ses tortionnaires israéliens, au grand désespoir de sa famille et de ses avocats, ne se sont guère laissé émouvoir…

Publicité

A la consternation de ses parents, de ses proches et de ses soutiens, toujours plus nombreux à appeler à sa libération par-delà les frontières, Ahmad Manasra a été une fois encore placé à l’isolement total, enchaîné à un lit d’hôpital, dans l’aile psychiatrique de l’établissement !

Ahmad Manasra aujourd’hui
Ahmad Manasra, il y a sept ans, aux mains de ses bourreaux

 « Nous avons été informés que le médecin de la prison avait donné l’ordre de transférer Manasra à l’hôpital de la prison pour une période de dix jours. Cela confirme, ce contre quoi nous avions précédemment mis en garde, à savoir que l’isolement cellulaire aggravera son état de santé mentale déjà inquiétant. Si les autorités israéliennes ignorent la recherche de solutions alternatives à l’isolement cellulaire, cela nuira à la sécurité et à la santé du jeune Manasra. En conséquence, nous tenons les autorités israéliennes pleinement responsables de toute atteinte, à Dieu ne plaise, à la sécurité et à la santé de l’enfant prisonnier », ont prévenu dans un communiqué et sur change.org Khaled Zabarka et Lea Tsemel, les avocats du jeune martyr palestinien. (source Europalestine).

La mobilisation en faveur de sa libération s’intensifie et traverse les océans, jusqu’à gagner en ampleur de l’autre côté de l’Atlantique.

Publicité

Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Ahmad Manasra , une enfance volée…

    Je suis un jeune Palestinien pas comme les autres , mon prénom est ahmad, j’ai 20 ans aujourd’hui…
    A l’âge de 13 ans, les enfants de mon âge découvrent leur première fête entre amis, peut être à Gaza ou à Jérusalem , moi à cet âge là, j’ai été incarcéré en milieu pénitentiaire , sans vraiment réaliser ce qui m’attendait …

    A 15 ans , je traine dans les couloirs sombres et crasseux de ma prison, celle qui m’a vu grandir , en levant la tête, je vois une fenêtre à barreau , et j’imagine les enfants de mon âge en train de se baigner dans le fleuve Jourdain…

    A 17 ans , c’est l’âge où j’imagine que l’on passe ces examens afin de préparer son avenir , moi Amhad, je vis sous la torture depuis maintenant un certain temps , sans plus trop savoir pourquoi..

    Aujourd’hui j’ai 20 ans , certains de mes amis envisagent déjà de se fiancer, quant à moi j’ai été admis en soins psychiatriques, car ma tête n’a pas supporté tout ce qui m’est arrivé..

    Je m’appelle Ahmad manasra, j’étais un enfant Palestinien autrefois , aujourd’hui je suis un jeune adulte dans un penitencier israélien…

    Jonasdjeser.unblog.fr

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Stéphanie Kurlow, la ballerine voilée, réalise son rêve sur la pointe des pieds

La pauvreté, un point de vue musulman