in

La maire de Calais porte plainte contre Marine Le Pen

Avec son art consommé de travestir la réalité, Marine Le Pen fulminait hier matin, sur le plateau de RMC/BFMTV, en brandissant un document attribué hâtivement à la mairie de Calais, et dont elle s’est empressée d’affirmer qu'il s’agissait d’un « laissez-passer » imposé à tous les Calaisiens pour circuler librement dans leur ville en raison de la crise des migrants.

Une sorte d’Ausweis pour se frayer un chemin parmi les hordes de sarrasins, ou de barbares c'est selon, en train d’envahir le territoire national, fallait-il comprendre derrière cette allégation fallacieuse de nature à scandaliser dans les chaumières et à provoquer un sursaut électoral face au Front républicain qui tente de faire barrage au FN dans le Nord et le Sud de la France.

Rattrapée par son mensonge, un peu trop gros et indigeste pour Natacha Bouchart, l’édile de Calais, la présidente de l’extrême droite française qui se voit déjà lundi prochain tout en haut de l’affiche et au sommet de la pyramide régionale, aux commandes de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, risque fort de se retrouver traînée en justice… La parachutée de Saint-Cloud devait certainement rêver meilleur atterrissage, plus glorieux et dans la ouate sans doute, mais voilà ce qu’il en coûte d’appliquer à la lettre, et avec le cynisme qu'on lui connaît, la fameuse théorie imputée à Goebbels aux heures sombres du nazisme du « plus le mensonge est gros, mieux il passe ».

"Des mesures ont été décidées afin d’assurer la sérénité des riverains de la lande. C’est pourquoi l’Etat a mis en place un dispositif conséquent, visant non seulement à contrôler les entrées et sorties des migrants, mais également à empêcher les passeurs et les 'No Borders' de s’y introduire. Ces mesures permettent d’assurer la sécurité des Calaisiens", a riposté Natacha Bouchart dans un communiqué.

Quant au document agité comme un chiffon rouge par Marine Le Pen, en guise de preuve irréfutable, il provenait en réalité de la préfecture du Pas-de-Calais et non pas de la municipalité. Mais la digne fille de son père n’est pas à une contre-vérité près pour conquérir les suffrages, accéder au pouvoir, et connaître enfin l’ivresse de son "grand soir"…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Manifeste pour l’Humanisme. Lettre ouverte à tout le monde et à personne

Un candidat de confession musulmane à l’élection présidentielle de 2017 ?