in

La France accepte enfin le foulard ! Mais celui des modeuses, pas des musulmanes

Le fichu commence à être porté par des modeuses. De quoi illustrer parfaitement le double-standard en matière de foulard, en fonction de si l’on est perçue comme pouvant être musulmane ou non…

On l’a vu couvrir la tête des dernières collections Dior, Casablanca Paris, Maison Rabih Kayrouz, Max Mara ou encore Versace : le fichu y était tellement incontournable que le Vogue britannique se demande si « le foulard est le nouveau headband ? » et que des modeuses commencent déjà à le porter.

Être ou ne pas être perçue comme musulmane en France

Pourtant, ce retour de tendance — déjà portée aux nues par l’actrice Grace Kelly dans les années 1950 par exemple — revêt une connotation particulière dans le contexte français actuel. Parce qu’elle montre bien toute l’ambivalence de la France en matière de couvre-chef pour les femmes, en fonction de si ces dernières sont perçues comme musulmanes ou non.

Publicité
Publicité
Publicité

Djeinabah, bénévole au sein de Lallabassociation féministe et antiraciste dont le but est de faire entendre les voix et défendre les droits des femmes musulmanes, nous explique combien elle se sent d’ores et déjà « mitigée » face à cette tendance :

« D’un côté, je me dis que c’est cool le fait de revisiter la mode perpétuellement avec toujours une touche “moderne”. De l’autre, je suis assez perplexe face au foulard “trendy”, connaissant tous les débats sur le corps des femmes qui portent le voile en France… »

Car qu’on l’appelle fichu ou foulard, ce tissu pourrait être tout aussi bien passer pour un hijab, d’un point de vue strictement formel. Pour rouler en décapotable d’Hollywood à Monaco sans finir ébouriffée ok, mais dans l’espace public, ce n’est plus ok si vous êtes un peu trop basanée ? L’écart de traitement vient surtout du regard, qui projette un imaginaire différent en fonction du corps des femmes qui portent le foulard, poursuit cette Lalla fan de mode :

Publicité
Publicité
Publicité

« Le grand public aura tendance à considérer les “femmes perçues comme non-musulmanes” libres de penser par elles-mêmes et donc de porter un fichu sur la tête. Cela va être interprété comme une tendance de grandes marques qui surfent sur sur un style glamour. Alors que le hijab, porté par des femmes musulmanes, est connoté de façon péjorative, comme un symbole d’oppression.

Ce qui est faux ! Des femmes musulmanes peuvent couvrir leurs cheveux pour différentes intentions. »

Les hijabis sont (presque) des modeuses comme les autres

Et ces motivations ne regardent qu’elles. D’ailleurs, les femmes musulmanes aussi peuvent jouer avec leur foulard au gré des tendances, nous rappelle Djeinabah :

« Certaines récupèrent des codes de la mode, se les réapproprient et lancent leur propre marque de “modest fashion” comme Gulshaan ou certaines blogueuses de mode musulmanes [comme @assiarabian et @taqwabintali, réunies dans le post Instagram ci-dessous, ndlr]. Ce n’est pas tant le vêtement qui est différent, mais la symbolique sexiste, raciste et islamophobe qu’on y associe dans certains cas quand ce sont des femmes musulmanes qui portent un foulard sur leur tête. »

Lire la suite sur Mademoiselle

Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Algérie : des scènes de panique à cause de la pénurie de l’huile

Covid-19: le Maroc suspend les vols de et vers la France et l’Espagne, ce mardi 30 mars