in

La finance islamique à l’honneur dans l’enseignement universitaire de Paris Dauphine

Après avoir acquis ses lettres de noblesse dans la sphère financière où ses vertus sont reconnues, la finance islamique est-elle en passe de gagner ses lauriers académiques ?

Grande première placée sous la direction d’ Elyès Jouini, une formation en un an, intitulée « Principes et pratiques de la finance islamique », sera prochainement proposée dans l’enceinte de l’université de Paris Dauphine aux étudiants déjà titulaires d’un master, ainsi qu’aux professionnels de la banque et des assurances, musulmans ou non.

Convaincu du bien-fondé de cette finance éthique qui n’aurait jamais engendré l’escroquerie d’un Madoff, Elyès Jouini s’en fait le plus ardent avocat en énumérant ses interdits qui se révèlent, à l’aune de la crise spéculative mondiale, autant d’atouts précieux.

Prohibant la prise de risque excessive, proscrivant formellement les investissements dans des activités telles que l’armement, les alcooliers, ou toute autre de nature à nuire à l’intérêt général, Elyès Jouini anticipe les conséquences du fléau économique planétaire : la volonté de nombreux financiers de se reconvertir, et le vivier important d’épargnants français en mesure de recourir à la finance islamique.

Moralité de l’histoire, s’il en est : c’est sous la contrainte que les mentalités sont susceptibles d’évoluer, en optant pour une finance précisément sous contraintes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une jeune femme voilée frappée d’exclusion par une MJC de Meurthe-et-Moselle

La légende urbaine des moines de Tibéhirine éclabousse la Françalgérie