in

Gaza : un rapport britannique démontre qu’Israël a ciblé les civils lors des massacres de mai dernier

Un nouveau rapport britannique révèle le coût dévastateur des armes explosives utilisées contre la vie civile dans la bande de Gaza lors de l’offensive israélienne de mai sur l’enclave côtière assiégée, qui a tué 259 Palestiniens en 11 jours.

Airwars, une organisation à but non lucratif basée au Royaume-Uni qui suit et documente les dommages causés aux civils dans les zones de conflit, a publié un nouveau rapport et une carte interactive documentant les effets de l’offensive israélienne sur la vie civile à Gaza, l’un des endroits les plus densément peuplés de la planète.

Airwars a estimé que sur les 259 morts palestiniens, entre 151 et 192 étaient des civils « non-combattants ».

Publicité

Tout au long de l’offensive de 11 jours, les chefs militaires israéliens et les responsables de la sécurité ont perpétué le récit selon lequel l’armée a mené des « attaques ciblées » visant à minimiser les dommages aux civils. Ces affirmations ont été réitérées dans une déclaration à Airwars ; un porte-parole de l’armée a déclaré que pendant l’offensive, « Tsahal a frappé des cibles militaires appartenant au Hamas et à d’autres organisations terroristes dans la bande de Gaza. En particulier, Tsahal a frappé des capacités de fusées, des installations de développement et de production d’armes, des capacités de cyberguerre et des infrastructures souterraines ; tout cela afin d’empêcher les tirs continus de roquettes sur Israël et d’éliminer la menace qui pèse sur les civils israéliens. « Alors que les organisations terroristes de la bande de Gaza implantent délibérément leurs ressources militaires dans des zones civiles densément peuplées, Tsahal prend toutes les mesures possibles pour minimiser autant que possible les dommages causés aux civils et aux biens civils… », a déclaré le responsable israélien.

Selon les conclusions d’Airwars, cependant, parmi les 1 500 frappes aériennes menées par les forces israéliennes qui prétendaient ne cibler que les avant-postes militaires et militants palestiniens, dans plus de 70 % des incidents où des civils ont été signalés blessés à Gaza en mai 2021, Airwars « n’a trouvé aucun rapport local ou officiel faisant état de militants ayant également été tués ou blessés dans les attaques. C’est-à-dire que les civils étaient les seules victimes connues.

Le groupe a également démenti les affirmations de l’armée selon lesquelles elle avertissait régulièrement les civils à Gaza d’une frappe aérienne imminente afin de « minimiser » les dommages aux civils, affirmant que « selon nos évaluations, nous n’avons trouvé que deux des 116 événements de dommages civils où des sources locales ont déclaré qu’ils avaient été prévenu avant une attaque. « La campagne de Gaza en particulier peut être considérée comme faisant partie d’une tendance profondément préoccupante dans laquelle les États et d’autres mènent des actions militaires intensives dans les zones urbaines, souvent avec des résultats dévastateurs », indique le rapport.

Publicité

Les enfants parmi les plus touchés

Le rapport note que, comme c’est le cas pour les trois précédentes offensives d’Israël sur Gaza, les enfants palestiniens ont payé un prix particulièrement élevé pendant l’offensive, les enfants de moins de 17 ans représentant plus d’un tiers de tous les décès de civils signalés.

« Des enfants ont été tués presque tous les jours des frappes israéliennes sur Gaza », indique le rapport. L’un des jours les plus meurtriers de l’offensive pour les enfants palestiniens a été le 13 mai, jour férié de l’Aïd al-Fitr, lorsque 10 enfants ont été tués. « Les 12 et 13 mai, lorsque la plupart des Palestiniens de Gaza célébraient l’Aïd al-Fitr, la fin du mois de Ramadan, les chercheurs d’Airwars ont identifié le plus grand nombre d’événements de dommages civils signalés pendant le conflit.

Airwars a également noté qu’au moins 72% des enfants ont été tués la nuit ou le soir, lorsque la grande majorité des frappes aériennes israéliennes ont été menées.

« Les enfants vivant dans les zones de Gaza les plus durement touchées par les bombardements de l’année dernière montrent des signes de grave détresse émotionnelle et de traumatisme , y compris l’énurésie fréquente et les cauchemars », selon l’UNICEF.

Au cours de la journée la plus meurtrière de toute l’offensive, le 16 mai, les forces israéliennes ont bombardé la rue al-Wahda dans la ville de Gaza, l’une des zones résidentielles les plus densément peuplées de la ville. L’armée a affirmé que l’attaque visait un réseau de tunnels sous la rue utilisé par des groupes militants palestiniens. Les frappes aériennes, cependant, ont causé l’effondrement de plusieurs bâtiments résidentiels, anéantissant des familles entières. Selon Airwars, jusqu’à 49 civils de trois familles différentes, dont jusqu’à 18 enfants, ont été tués dans ce que de nombreux Gazaouis appellent maintenant le « massacre de la rue al-Wahda ».

Publicité

« Les évaluations d’Airwars ont révélé qu’entre 56 et 68 civils ont été tués dans quatre événements de dommages civils où les forces israéliennes ont signalé avoir visé des tunnels. Parmi ceux-ci, au moins 25 décès étaient probablement des enfants. Jusqu’à 168 civils ont également été blessés lors de ces événements », indique le rapport.

Le rapport souligne que « des civils ont été tués là où aucun militant ne semblait être présent « .

Par ailleurs, Gaza ne se remet toujours pas des destructions massives d’immeubles d’habitation, de maisons et de la tour des médias.

Depuis plus de deux mois les équipes d’ingénieurs de Gaza essaient d’enlever la tour Al-Jawhara, dont les fondations ont été très endommagées et qui fait courir un risque important à la population, si elle s’écroule. Mais l’entreprise s’avère très difficile.

(traduction EuroPalestine)

Source : Mondoweiss

Publicité

4 commentaires

Laissez un commentaire
  1. C’est ce qu’on appelle un crime contre l’humanité ! Pour ne pas froisser les autorités israéliennes, les médias préfèrent parler de “tensions” entre israéliens et palestiniens.
    Israël classera l’organisation Airwars comme une organisation terroriste, histoire de jeter le discrédit et l’anathème sur elle. Israël recycle ses fondamentaux en somme.
    Ces dirigeants génocidaires ont hélas de beaux jours devant eux.
    Quand je pense que le Maroc a normalisé ses relations avec le gouvernement israélien, je ne peux que m’inquiéter pour la suite….

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Un candidat musulman à la Présidentielle appelle, sur Aljazeera, les États du Moyen-Orient à faire pression sur la France !

Arabie Saoudite : la vente d’objets de Noël est tolérée