in

Finlande : de jeunes musulmanes en hijab brisent la glace des préjugés

Et s’il suffisait d’un suffixe en « iksi » pour rendre inaudible le très connoté suffixe en « isme », synonyme d’une diabolisation de l’islam dont on connaît les ressorts et les ruses, telle est la subtilité sémantique qui a été placée derrière le terme « hijab » par un groupe de jeunes musulmanes finlandaises pour composer le néologisme « hijabiksi », ou littéralement « devenir quelqu’un en hijab ».

Ce vocable riche de sens recouvre un projet éminemment pédagogique et fédérateur, conçu et porté par des jeunes filles âgées de 15 à 29 ans, dont la valeur n’a pas attendu le nombre des années pour s’épanouir et s’investir dans la réduction des préjugés, après y avoir été elles-mêmes confrontées.

Chassant les idées noires comme les fantasmes funestes qui sont accolés au port du voile, ces dynamiques Hijabees nordiques, issues d’horizons différents, sont unies par la seule et même volonté d’effacer les associations délétères entre « islam » et « islamisme », tout en sensibilisant leurs congénères, musulmanes et non-musulmanes, aux valeurs profondes attachées au hijab.

Sur les terrains de sport, dans les salles obscures, ou encore lors d’Iftar pendant le Ramadan, les figures de proue du projet « Hijabiksi » sont sur tous les fronts, retroussant leurs manches avec un enthousiasme à toute épreuve pour organiser des manifestations sportives, des soirées cinéma, ainsi que des ruptures de jeûne conviviales et ouvertes à toutes, avec un seul objectif en tête : lever un coin du voile sur un voile obscurci par le prisme déformant de l’islamophobie.

Eveillant l’intérêt du CIMO, un organisme financé en partie par le gouvernement finlandais, les jeunes Hijabees du Nord ont été encouragées à soumettre leur initiative au programme Jeunesse de l’Union européenne. Heureuses de cette belle marque de reconnaissance, ce groupe de jeunes filles en fleur, dont les rangs ne cessent de s’étoffer, ont de la suite dans les idées, profitant de cette rampe de lancement institutionnelle pour créer leur propre blog et page Facebook, tout en préparant activement leur grand événementiel du 7 juin qui se tiendra en plein air et au centre ville de Turku, dans le sud-ouest du pays.

Qui pourrait encore nier que les ambassadrices du projet « Hijabiski », dont la fraîcheur, l’entrain et la détermination réussissent à briser la glace des stéréotypes, sont devenues "quelqu’un" et même de sacrées personnalités sous leur hijab ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Islamophobie ordinaire dans le métro (vidéo)

Scandale: Quand l’Allemagne espionnait “ses musulmans”