in

Etats-Unis: l’Adhan ne résonnera pas au sein de l’Université Duke, à la consternation des étudiants musulmans et… non musulmans

La déception se lisait sur les visages de centaines d’étudiants, musulmans et non-musulmans, de l’Université Duke, à Durham, en Caroline du Nord, qui s’étaient rassemblés, vendredi 16 janvier, devant la chapelle de leur établissement, pour manifester leur incompréhension commune face à une volte-face administrative des plus inattendues : l’annulation soudaine de l’autorisation, entérinée quelques jours auparavant et à la satisfaction générale, de faire résonner l’Adhan sur le campus universitaire.

Qu’est-ce qui a bien pu infléchir la décision des responsables de l’université ? Telle est la question qui taraudait les esprits, plongeant dans la perplexité les étudiants non-musulmans qui, fait suffisamment rare pour être salué, avaient accueilli très favorablement l’idée que l’appel à la prière retentisse depuis l’une des tours de la chapelle, et laissant un arrière-goût amer à leurs camarades musulmans, à qui l’on a fait bien plus que simplement miroiter cette belle perspective, puisqu’elle avait reçu le feu vert officiel.

Face à l’immense désappointement provoqué par un revirement à 180 degrés, dont l’impact et le caractère extraordinairement fédérateur ont surpris en haut lieu, le Révérend Dr Luke A. Powery a pris son bâton de pèlerin pour porter la bonne parole, celle de la réconciliation et du dialogue constructif, après avoir reconnu que la communauté musulmane avait toutes les raisons d’éprouver un certain désenchantement, d’aucuns diront de se sentir trahie…

Dans les prochaines semaines, la chapelle mettra tout en œuvre pour créer les conditions d’un dialogue serein sur la controverse que nous venons de vivre, mais aussi sur d’autres sujets complexes et importants, afin que nous nous efforcions tous de parvenir à une meilleure compréhension et à une plus grande fidélité à Dieu”, a déclaré le Révérend A. Powery, assurant que cela n’aura rien d’un vœu pieux.

Alors que la direction de l’Université Duke se mure inconsidérément dans le silence, ouvrant ainsi la voie à toutes les supputations, souvent source de rancœur, le Révérend A.Powery ne ménage pas ses efforts pour consolider des liens interreligieux de qualité, sur la passerelle du respect mutuel et de l’entre-connaissance qui a fait apparaître ses premières fissures, mais tient bon encore…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charles Martel, au secours!

Seine-Maritime : une jeune femme voilée victime de la sauvagerie islamophobe