in

Un Egyptien traverse l’Europe en vélo pour la bonne cause et bat un record historique

Habitué à enclencher le grand braquet dès qu’il enfourche son vélo de course, l’Egyptien Helmy El-Saeed, 27 ans, cet expert de la finance mué en cycliste hors pair, vient de traverser l’Europe à vive allure, au point de battre un record historique digne du Guinness World Records.

Sous son maillot aux couleurs de l’équipe suédoise « FatestXeurope », il a avalé, avec ses co-équipiers très affûtés et motivés, les 6 175 kilomètres qui séparent la Russie du Portugal, pédalant à fond pour rallier le point le plus occidental du Vieux Continent, en 29 jours, 5 heures et 25 minutes.

Relégué dans les oubliettes de l’histoire, le précédent record a été pulvérisé de 12 heures par cinq cyclistes qui ont roulé la tête dans le guidon, sans jamais faiblir, afin d’atteindre leur objectif suprême. Tous avaient à cœur de se surpasser pour la Fondation Viggo, créée par Mans Möller, et de brûler près de 203 000 calories, assis sur leur selle, en faveur de la belle et noble cause qu’elle soutient depuis des années : permettre aux enfants autistes, souffrant d’un léger retard mental, de s’adonner à la pratique sportive, grâce à de grandes campagnes de sensibilisation et de collecte de fonds.

Au-delà du formidable exploit réalisé collectivement, c’est avant tout une belle victoire sur lui-même qu’a remportée Helmy El-Saeed, plus que jamais avide de challenges et de sensations fortes.

Repousser ses limites toujours plus loin est devenu une seconde nature chez ce jeune égyptien qui force l’admiration des siens et a déjà trouvé un nouveau défi de taille à relever, à sa mesure ou plutôt à sa démesure : traverser toute l’Egypte à pied, de son point situé le plus au nord à son point le plus au sud, tout en rêvant d’être le porte-drapeau de son pays, lors des prochains Jeux Olympiques d’hiver qui auront pour cadre la Corée du Sud, en 2018.

« L’esprit humain est capable de grandes choses, bien plus que nous l’imaginons. Il ne faut jamais s’interdire de rêver plus grand et de défier les limites que nous nous imposons », a préconisé, en parfaite connaissance de cause, ce passionné de sports d’endurance qui aspire constamment au dépassement de soi, dans le cadre d’aventures sportives et humaines d’autant plus exaltantes qu’elles sont utiles et contribuent au bonheur d’autrui.

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’ordre du monde (1/2)

Caire: les enfants des rues livrés à eux-mêmes