in

Deux députés PS rappellent à l’ordre François Hollande face à son parti pris en faveur d’Israël

Il est particulièrement affligeant, mais hélas très révélateur, de devoir rappeler le président de la République à son devoir d'honorer la position humaniste et l'indépendance historique qui ont fait la grandeur de la France dans un passé qui semble, à la pâle lueur du présent, révolu.

Et pourtant, dès qu'il s'agit d'Israël, de son impérialisme implacable et de son impunité scandaleuse, les valeurs cardinales du pays des droits de l'Homme sont pulvérisées et réduites en miettes, à l'image du soutien empressé et indéfectible de François Hollande à son homologue Benyamin Netanyahou qui n'est pas de nature à redonner du lustre à une France sous influence.

Dans le silence assourdissant et l'atonie coupable de la classe politique, deux députés PS ont fait entendre leur différence, jeudi 10 juillet, pour rappeler à l'ordre un président qui en a le titre, mais pas la stature…

Le communiqué signé d'Alexis Bachelay et Razzy Hammadi

"Nous assistons depuis quelques semaines à une escalade de violences au Proche-Orient dont l’horreur et les conséquences sur les civils ne sauraient être tolérées. Cette position doit être défendue par la France lors de la réunion d’urgence du conseil de sécurité de l’ONU.

Aucune vengeance, aucune représaille, ne permettra d’aller vers une solution pacifique à ce conflit qui dure depuis trop longtemps. Au contraire, de nouvelles victimes vont s’ajouter à la liste déjà trop longue des personnes brisées par ce conflit. La loi du Talion ne saurait être cautionnée, elle foule au pied le droit international et doit être condamnée fermement.

Dans ce conflit la France doit rappeler que l’usage de la violence ne saurait être toléré en aucune manière.  La France condamne le terrorisme et doit rappeler l’Etat d’Israël à ses obligations internationales : arrêt de la colonisation et retrait des territoires occupés, afin de permettre la création d’un Etat palestinien viable. L’existence d’un Etat palestinien viable est la clé de voûte de toute solution négociée.

En aucun cas la France ne doit laisser penser qu’elle cautionne les violences ou les représailles militaires. La première conséquence de l’usage disproportionnée de la force contre les palestiniens est la mort de plusieurs dizaines de civils dont de nombreux enfants. La France doit au contraire clairement condamner toutes les représailles militaires.

Nous appelons le Président de la République à tenir ces positions claires, qui sont celles de la France depuis des années, au-delà même des alternances. Nous appelons les autorités françaises et européennes à user de toute leur influence pour faire cesser immédiatement et sans délai les violences.

Nous mobiliserons dans les jours qui viennent, toute notre énergie dans le cadre d’actions appelant à l’arrêt immédiat des combats et à l’urgence d’une solution politique et définitive."

Alexis BACHELAY

Député des Hauts-de-Seine, Porte-parole de La Gauche Forte

Razzy HAMMADI

Député de Seine-Saint-Denis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gaza sous le feu – Manifestation de soutien à Paris (vidéo)

La Grande Mosquée de Paris appelle à une prière pour les morts de Gaza