in

Des réfugiés syriens préfèrent la Turquie à l’Europe

Ces dernières semaines ont été dominées par ce qu’on a appelé la crise migratoire : des dizaines de milliers de personnes risquant leur vie pour traverser quelques milles marins pour rejoindre l’Europe.. Une grande partie de ces migrants qui fuyaient leur pays, étaient Syriens. Mais d’autres Syriens, depuis que le pays a plongé dans la guerre, ont fait un autre choix que celui d’aller en Europe : celui d’attendre, dans une ville toute proche de la Syrie, la fin de la guerre, et être prêts à y retourner le plus vite possible quand le pays sera à nouveau libre. Nous sommes allés à Mersin, une ville portuaire du Sud de la Turquie, où 300.000 Syriens se sont installés, le tiers de la population.  Ils ne cherchent pas à s’intégrer à la société turque, ils ont créé des écoles syriennes, ils vivent leur exil à Mersin comme un exil temporaire. Alors que beaucoup d’adultes syriens de Mersin ont du mal à comprendre le choix de leurs concitoyens qui partent en Europe, certains jeunes, eux, sont tiraillés entre envie de reconstruire leur pays et envie de tenter leur chance dans les universités à l’étranger.  Reportage de Florence Lozach et Constance de Bonnaventure dans cette ville qui a été baptisée, la petite Syrie turque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Muhammad El Gebali, le génie des maths égyptien qui impressionne l’Amérique

Le boxeur Z. Moumni déchire son passeport marocain en direct sur TV5 (vidéo)