in ,

Covid-19 : l’Arabie saoudite prépare les musulmans à la possible annulation du Hajj

Alors que le Coronavirus entraîne, dans son sillage funeste, les annulations en cascade de grands événements internationaux – culturels, religieux ou sportifs – l’Arabie saoudite se voit contrainte de renforcer ses mesures exceptionnellement drastiques pour juguler sa propagation.

Face à une pandémie que, pour l’heure, rien n’arrête, les autorités saoudiennes, inquiètes devant un bilan qui s’est subitement alourdi (plus de 1560 cas confirmés de contamination et 10 décès), n’ont d’autre choix que de donner un nouveau tour de vis à leur dispositif de protection.

Ainsi, à la fermeture des deux hauts lieux saints de l’Islam – les majestueuses Mosquées Masjid al-Harâm, à La Mecque, et Al-Masjid Al-Nabawi, à Médine – à la suspension de la Omra (le petit pèlerinage), au confinement national et au couvre-feu qui s’est ensuivi, pourrait s’ajouter le report du Hajj, ce grand pèlerinage qui, chaque année, voit confluer vers la Terre sainte d’impressionnantes processions de fidèles en provenance des quatre coins du globe.

      Muhammad Saleh bin Taher Benten

C’est à Muhammad Saleh bin Taher Benten, le ministre en charge du Hajj et de la Omra, qu’est revenue la délicate mission d’annoncer la mauvaise nouvelle ou, à tout le moins, de préparer psychologiquement les musulmans à la possible annulation du voyage de toute une vie, placé sous le signe de l’infinie dévotion.

Publicité
Publicité

Sous un ciel saoudien où l’arc-en-ciel d’origines qui y brille pourrait temporairement disparaître sous l’effet toxique du Covid-19, Muhammad Saleh bin Taher Benten s’est fait le héraut du nécessaire sacrifice auquel le royaume wahhabite et la diaspora musulmane devront probablement consentir.

« L’Arabie saoudite est pleinement disposée à servir au mieux les intérêts de tous les pèlerins en toutes circonstances », a déclaré en préambule le ministre devant les caméras de la télévision d’État.

« Mais dans les circonstances actuelles, face à la pandémie mondiale à laquelle nous sommes confrontés et contre laquelle nous avons demandé à Dieu de nous protéger, le royaume tient à privilégier la sécurité et la santé des musulmans et de ses citoyens avant tout », a-t-il souligné avec solennité, avant de conclure en ces termes : « Nous avons par conséquent demandé à nos frères musulmans de tous les pays d’attendre avant de conclure des contrats [avec des voyagistes] jusqu’à ce que la situation devienne plus claire ».

Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Bonsoir Nacera.
    L’ignorance est la pire de maladie, le seul traitement est d’apprentissage.
    En effet, je reconnais même en assistant souvent aux Tarawih que cette façon de prier est une Bidaa appliquée après la mort du prophète. J’invente rien, même si le kalif Omar l,a ensuite validé.
    Pour le ZAKAT et l’aumône régulière me concernant? Si vous saviez? Je laisse ALLAH me juger.
    Je vous pardonne de tout mon coeur.

    • Bonsoir un humain.
      Oui ,l’ignorance est la pire des maladies,que Dieu nous en préserve.
      Vous ne répondez pas à la question cruciale : Le calife Omar,proche compagnon du prophète dans la vie et dans la tombe était-il” un moubdii”?Omar aurait-il validé une pratique religieuse que le Prophète n’aurait jamais faite?Ceci dit,les tarawih ne sont pas une obligation,vous pouvez les faire individuellement ou ne pas les faire du tout.
      Merci de me pardonner,j’ai mentionné la zakat pour vous rappeler que la part des pauvres est dans la zakat(que beaucoup de musulmans ne pratiquent pas) et non dans les économies de toute une vie pour s’acquitter d’une autre obligation religieuse:le Hadj. si chaque musulman acquittait de la zakat, les pauvres auraient non seulement de quoi vivre décemment mais auraient la possibilité d’économiser eux aussi pour effecteur le grand pèlerinage…
      Pour ce qui est de de la théorie fallacieuse que l’argent des pèlerins va droit dans les caisses d’une famille usurpatrice et despote s’auto-proclamant gardienne des lieux saints,laissez-moi vous dire que l’argent des pèlerins va aussi aux milliers de petites mains,de travailleurs, de commerçants venant des contrées les plus lointaines du monde musulmans pour veiller au confort et au service des pèlerins et à l’entretien des lieux saints et qui subviennent par ce travail aux besoins de leurs fammilles. Le hadj fait vivre des milliers de familles indiennes,afghanes,pakistanaises,égyptiennes,bangladaises,yéménites,africaines.Alors soyez positif et pensez plutôt que l’argent des pèlerins va à leur frères musulmans en premier lieu et que la part que prennent les Al Saoud justement ou injustement sera jugée par Dieu et lorsqu’ils devront rendre des comptes ,ils payeront leurs dus ici bas et dans l’au-delà,ne vous en faites pas.

      • Bonsoir Nacera
        Quiconque autorise une pratique religieuse que le prophète Mohamed ne l’a pas faite ou ordonnée pendant son vivant est une Bidaa même si elle vient du kalif omar avec tout mon respect à la personne car le prophète avant sa mort avait parachevé la religion et le coran le confirme mais on va pas perdre beaucoup de temps à discuter sur une pratique non obligatoire et non interdite( il m’arrive souvent d’y aller pour voir mes frères et passer un agréable moment).
        La pratique de Haj est conditionnée par les moyens matériels que beaucoup de musulmans ne possèdent pas et que une bonne partie de cet argent est détourné par le pouvoir en place pour acheter des armes et tuer des innocents au Yémen par exemple. Le musulman est responsable de l’argent qu’il donne et à qui il donne. Libre à vous de penser autrement et de participer sans le vouloir à une pratique qui reste non obligatoire. Pour le Zakat, je suis entièrement d’accord avec vous, je dirai même que la seule Zakat n’est pas suffisante vu les besoins des nécessiteux qui sont de plus en plus nombreux. On doit compléter par Sadakat pour soulager les pauvres. je suggère même que chaque personne qui en a les moyens de donner 5% de ses revenus à partir de 50 ans, 10% à partir de 60 ans, 20% à partir de 70 ans et 30% après 80 ans.Après 50 ans, on a moins besoins d’argent pour réaliser les projets vitaux, comme construire une maison, se marier et éduquer ses enfants. Je me permets de vous donner un cadeau!! Ecoutez le docteur Hassan Almaliki, un savant Saoudien, et vous allez apprendre beaucoup de choses. Très cordialement.

        • @ un humain
          De Aicha,épouse du Prophète :عن عائشة زان رسول الله(ص) صلى ذات لييلة في المسجد فصلى لصلاته ناس ثم صلى من القابلة فكثر الناس ثم اجتمعوا من الليلة الثالثة او الرابعة فلم يخرج اليهم رسول الله((ص).فلما اصببح قال : قد رايت الذى صنعتم و لم يمنعني من الخروح اليكم الا اني خشيت ان تفرض عليكم و ذلك في رمضان
          Le prophète (que le salut et la bénédiction de Dieu soient sur lui ) effectua une nuit les prières surérogatoires de la nuit dans sa mosquée,les gens se sont joint à ses prières et il y eu de plus en plus de gens le jour suivant.Au troisième ou quatrième jour ,le Prophète ne sortit pas et le lendemain il dit aux gens : J’ai vu ce que vous avez fait et ce qui m’a empêché à venir à vous n’est que la crainte que ces prières ne deviennent obligatoires pour vous;et ceci au mois de Ramadan.
          Les tarawih sont les prières surérogatoires du début de la nuit spécifiques du mois de Ramadan.Le prophète les effectua dans sa mosquée comme l’a rapporté le hadith de Aicha, l’épouse du Prophète puis s’en est abstenu pour alléger les croyants et ne pas pas faire de ces prières une obligation.
          Après la mort du prophète,certains musulmans pratiquèrent les tarawihs individuellement chez eux(à l’exemple du prophète),d’autres les pratiquèrent à la mosquée en groupe,chacun selon sa convenance.Le calife Omar à été le premier à instituer les tarawih à la mosquée comme l’a fait le prophète pendant un temps.Les califes suivants et les compagnons du prophète suivirent cette tradition du prophète et aucun parmi ces contemporains du prophète n’a dit que les tarawwihs étaient un innovation(bidaa) de Omar.Les 4 Imams des quatre écoles juridiques s’accordent à affirmer que les tarawihs sont une “sounna mouakkadda”,c-à-d une tradition du prophète fortement conseillé mais pas obligatoire.
          pour ce qui est du hadj et du supposé détournement de l’argent du hadj pour acheter des armes qui tuent d’autres musulmans,cela est très aléatoire;par contre ce qui est sùr c’est les pétrodollars qui servent à alimenter les caisses américaines contre la protection d’une famille bédouine despote,ces mêmes pétrodollars qui servent à acheter les armes pour guerroyer contre les musulmans.
          Merci de me conseiller d’écouter le docteur Hassane Almaliki que je découvre.Laissez moi à mon tours vous conseiller les imams plus anciens à mème de vous expliquer le sens du mot bidaa et celui de sounna mouakkada.N’oubliez pas que c’est la sounna “amalya” du prophète transmise de père en fils ,de mère en fille et de génération en génération jusqu’à nos jours qui vous permet de faire vos prières quotidiennes;sinon comment sauriez-vous le nombre de prières quotidiennes,le nombre de sadjdates,ce que vous devez récitez,comment vous prosterner…Il y a certes de faux hadiths,inventés par pour asseoir un pouvoir usurpé devenu héréditaire après que les trois califes ,compagnons du prophète furent assassinés ainsi que ses deux petits fils et toute la descendance du Prophète.
          Quand aux aumônes (sadakat) aucun taux n’a été fixé ni par Dieu ni par le Prophète.Le seul taux fixé est celui de la zakat.Les sadakat sont laissées aux possibilités du “moutassadik et de son appréciation.En fixer un taux que ni Dieu ni son prophète n’ a fixé,ça c’est une BIDAA. Cordialement.

          • Mille fois merci pour votre commentaire très développé.
            Je reviens pas sur les Tarawih, qui sont des pratiques, libre à chacun de les faire ou non.
            Ma proposition sur les sadakat n’est pas une Bidaa mais juste une idée à creuser pour améliorer le quotidien des pauvres.La ZAKAT est une aumône obligatoire pour purifier son bien, c’est à dire le minimum du minimum et elle est interdite pour les proches( parents, épouse, enfants) contrairement aux sadakat. Le Dr Mohamed Chahrour l’explique très bien, un autre cadeau à écouter sans modération!!!! En lisant et relisant le coran, j’ai trouvé des centaines de versets qui insistent sur les Sadakats tellement c’est très important pour assurer la paix sociale et la solidarité avec les humains.
            Merci encore pour votre patience et votre sympathie.
            Très cordialement.

  2. Les wahhabites rêvaient de cette situation le covid-19 leur à fournis l’occasion. La question fondamentale est qui a eu la main diabolique pour déclencher cette épidémie….elle n’est pas venue par hasard…..elle est arrivée alors que le système financier est en situation de catastrophe…..A qui profite le crime….

    • Ha bon les Wahhabites ne voulaient pas qui est le Hajj, tu dit vraiment n’importe quoi, hé mesurez un peu vos propos d’accord? Et bon Ramandan, dégagez maintenant.. On vous connait vous les Ben.id ?
      C’est un Forum de musulmans ce ne sont pas gens qui souhaitent des Arabes en mauvaise santé, c’est le Ramadan bientot.

        • Le retour à la tradition prophétique pure car les tarawih est une invention post prophétique( une Bidaa). Que cet argent de Elhadj soit distribué pour les pauvres et les nécessiteux à travers le monde est une bonne chose.
          Le macque respire!!!

          • Ah oui,les taraouih sont une “bidaa”? Omar,proche compagnon du Prophète et 2ème calife bien guidé est donc” un moubdii”?Quant aux pauvre, commencez vous mème par vous acquiter de la Zakat qui est la part du pauvre mise en dépot par Dieu dans ce qu’il vous a accordé comme bien;et accompagnez votre zakat par l’ihsan et et la bonne parole.N”oubliez surtout pas l’aumône régulière pour les pauvres et les nécessiteux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Covid-19 : le bel élan de solidarité de la Turquie envers l’Espagne et l’Italie

Date Ramadan 2020: le 24 avril selon le calcul astronomique