in

Chicago : une passagère musulmane débarquée d’un avion pour avoir demandé à être assise côté couloir

Les expulsions arbitraires de passagers musulmans seraient-elles la face cachée honteuse des compagnies aériennes américaines ?

Les cas de débarquements, humiliants et iniques, subis par des voyageurs dont l’islamité est visible, se suivent et se ressemblent outrageusement de l’autre côté de l’Atlantique, et il en faut très peu pour être éjecté d’un avion sans autre forme de procès, comme en a fait récemment la douloureuse expérience Hakima Abdulle, une Américaine voilée d’origine somalienne.

Après avoir pris place dans un appareil de la Southwest Airlines, afin de s’envoler pour Seattle où sa nièce était sur le point d' accoucher, cette habitante de Chicago était loin d’imaginer que sa simple requête pour s’installer côté couloir, avec l’assentiment de son voisin, allait faire perdre tout bon sens mais aussi la raison à l’équipage…

En guise de réponse à sa demande bien anodine, motivée par la peur impossible à réprimer d’être assise près du hublot, la malheureuse Hakima Abdulle, qui de surcroît ne maîtrise pas encore toutes les subtilités de la langue de Shakespeare, a été poussée vers la sortie sans ménagement. Interloquée par ce refoulement brutal et foncièrement injuste, elle est restée figée sur place lorsque la police est montée à bord pour procéder à son évacuation manu militari.

C’est sous bonne escorte qu’elle a été reconduite vers le hall de l’aéroport de Chicago, où supplice suprême, elle a dû attendre plusieurs heures interminables, sans que l’on daigne lui fournir la moindre explication et encore moins la rassurer, avant d’être autorisée à rallier sa destination finale.

Furieux, son mari Abukar Fadaw, qui parlait avec elle au téléphone au moment où l’impensable s’est produit, exige que toute la lumière soit faite sur cette odieuse affaire sur laquelle flotte le parfum entêtant de la discrimination religieuse.

Souffrant de crises d’angoisse depuis les faits, Hakima Abdulle pleure souvent, le jour comme la nuit, peinant à se remettre d’une épreuve qui a causé de profondes séquelles psychologiques. « Elle a été humiliée en raison de sa religion et de la manière dont elle est habillée. C’est révoltant ! », s’écrie son époux d’autant plus indigné qu’il assiste, impuissant, à la détresse de sa femme et à la dégradation de son état.

Dans son malheur, le couple peut heureusement compter sur le soutien sans faille de Zainab Chaudry, l’une des responsables de l'influent Conseil des relations américano-islamiques (CAIR) de Chicago, laquelle a dénoncé sans mots couverts, lors d'une conférence de presse qui a fait salle comble, le deuxième cas de discrimination religieuse commis, en moins d’un mois, à l’encontre de passagers musulmans sans histoire, à bord de la Southwest Airlines. Logé à la même enseigne que Hakima Abdulle, un Irakien avait, trois semaines plus tôt, semé un vent de panique dans le cockpit pour avoir simplement prononcé quelques mots en arabe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commission Palestine Nuit Debout (vidéo)

Quand Israël profite du drame syrien