in

Cessez-le feu à Gaza : Israël tenu en échec par la résistance palestinienne

Un accord de cessez-le-feu entre Israël et la bande de Gaza a été formalisé et inclut l’ouverture de la frontière terrestre avec Israël, selon des sources diplomatiques palestiniennes.

Des matériaux de reconstruction et de l’aide humanitaire seront également autorisés tandis que le domaine de la pêche sera étendu de six à douze miles, selon les mêmes sources.

Cependant, les questions controversées de l’ouverture d’un port de mer, la levée du blocus aérien et la libération des prisonniers palestiniens n’ont pas été finalisées et les deux parties devraient reprendre les négociations à une date ultérieure.

La source n’a pas révélé si le passage de Rafah avec l’Égypte serait également ouvert, même si des analystes ont déclaré à Al Jazeera que la frontière – en grande partie fermé depuis que Mohammed Morsi a été renversé en juillet 2013 – est susceptible d’être au moins partiellement rouvert.

Le cessez-le-feu est entré en vigueur à 19 heures, heure locale (16H00 GMT) mardi.

Les termes du cessez-le-feu n’ont pas encore été officiellement communiqués mais le Hamas n’a pas tardé à qualifier l’accord de « victoire ».

« Nous avons atteint la plupart de nos buts et objectifs – nous avons frappé l’occupation », a déclaré aux médias un porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum. « Dans l’avenir, la résistance ira à Jérusalem et [la guerre actuelle] ouvre la voie à notre objectif d’atteindre al-Aqsa et Jérusalem. »

« Aujourd’hui, nous disons à Israël alors que l’accord entre en application : vous pouvez rentrer à la maison à cause d’une décision prise par le Hamas, pas prise par Netanyahu, » a-t-il ajouté.

Le président palestinien Mahmoud Abbas, a également confirmé qu’un cessez-le-feu avait été conclu en disant qu’était venu le moment de reconstruire Gaza.

« La fin de la tuerie viendra en même temps que l’entrée de produits humanitaires, de médicaments et de matériaux de construction », a déclaré Abbas.

« Nous apprécions pleinement les efforts de l’Égypte » pour parvenir à un cessez-le-feu, mais nous insistons sur le rôle joué par le Qatar à cet égard. »

« John Kerry, le secrétaire d’État américain, a exercé des efforts. La catastrophe, dans la bande de Gaza est au-delà de l’imagination. L’arrêt des combats a été le principal sujet discuté avec les dirigeants du Hamas au Qatar. »

Les hommes politiques israéliens sont jusqu’à présent restés largement discrets sur ​​les termes négociés, mais il semble que l’accord soit impopulaire. La chaîne israélienne Canal 2 a signalé que 50 pour cent du cabinet – avec le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, et le ministre de l’Économie, Naftali Bennett – se sont opposés aux termes de l’accord.

« Netanyahu ne peut pas dire que c’est une victoire, mais il prétend que le Hamas n’a pas atteint ses revendications comme un port ou l’aéroport, ni l’ouverture inconditionnelle des points de passage », a déclaré le journaliste et analyste israélien Meron Rapoport.

"Il a tout à fait raison, au moins formellement. Mais quand le côté le plus faible n’a pas perdu, le côté le plus fort ressent cela comme une défaite, et c’est le sentiment général dans le public, et pire pour Netanyahu. Dans son gouvernement, la grande question est : quel sera le prix que l’Égypte exigera d’Israël en échange de son soutien, sachant que les Égyptiens vont probablement pousser pour une reprise du processus de paix et le renforcement de [Abbas] ?

« Cela placera Netanyahu sous davantage de pression », a-t-il ajouté.

Après que la nouvelle du cessez-le-feu ait été connue, les rues de Gaza se sont rapidement remplies de gens venus par dizaines de milliers pour la célébrer.

« Il y a un très grand nombre de personnes sur les routes – presque tout le monde est dans la rue et tout le monde est en fête », a déclaré notre collaborateur Mohammed Omer. « Je peux voir des enfants portant des drapeaux du Hamas, des familles qui toutes sortent à l’extérieur pour respirer l’air. Beaucoup n’ont pas été en mesure de le faire depuis longtemps, pas même pendant les cessez-le- feu humanitaire que nous avons vu. »

Mais certains analystes pensent que le cessez-le-feu est loin d’être une victoire du Hamas.

« Ce n’est pas la victoire que le Hamas dépeint. En acceptant un cessez-le-feu pour une durée indéterminée et le report d’un port en eau profonde, il a fait des concessions auxquelles il s’était précédemment opposé et il a accepté une proposition qui était déjà rédigée il y a quelques semaines, » a déclaré Hugh Lovatt, chargé du Projet pour la Paix au Moyen-Orient pour le Conseil européen des relations étrangères.

« À bien des égards, le Hamas et Netanyahu ont joué un jeu à enjeux élevés de poker, avec une pression qui peu à peu augmentait des deux côtés. La pression sur le Hamas découlait d’un nombre de plus en plus élevé de morts palestiniens, l’assassinat de certains de ses dirigeants à Gaza , l’épuisement progressif de ses stocks de roquettes et un front palestinien qui allait s’effondrer.

"Netanyahu, entre-temps, voyait sa cote de popularité chuter, alors que le conflit se prolongeait sans parvenir au « calme » qu’il avait promis […] Les deux parties savaient que seul un cessez-le-feu négocié offrirait une sortie viable au cycle actuel de violence, mais plus cela durait, plus les enjeux étaient élevés. Finalement, il semble que c’est le Hamas qui ait accepté le premier », a-t-il ajouté.

Plus de 2100 Palestiniens – en très large majorité des civils – et 69 Israéliens [chiffres officiels], en très grande partie des soldats ont été tués dans le conflit qui a duré 50 jours.

Middle East Eye – 

Traduction : Info-Palestine.eu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Roger Waters des Pink Floyd : “Pourquoi la perversité morale de la position des États-Unis à Gaza est stupéfiante”

Une page du Coran vendue 68 000 dollars en Australie