in

Pour le bien-être animal, boucher star Yves-Marie Le Bourdonnec préconise un abattage par égorgement

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. L’abattage rituel est la méthode qui fait le moins souffrir l’animal. La peau tranchée s’accompagne d’une douleur relative puis le saignement provoque un état léthargique qui va en s’aggravant plongeant l’animal dans un sommeil profond , avant que la pompe cardiaque ne se désamorce. Le mal vécu par les spectateurs est secondaire à la vue du sang et aux soubresauts qui saisissent l’animal.. Convulsions q dues au manque d’oxygène du cerveau et qui comparées à ce que l’on voit en clinique humaine de sont pas ressenties douloureusement. Les suicidés par entaille des veines du poignet le savent . La douleur fugace de la rupture de la peau et des vaisseaux passée , la vie s’écoule avec le saignement alors que le sujet s’enfonce dans un sommeil éternel.

  2. Mais comme nous vivons à une époque d’émotionnel compulsif, imposé et manipulé combiné avec une inculture généralisée visant à empêcher de réfléchir, il ne faut pas s’étonner si les gens ne sont pas touchés par ce qui se passe réellement mais uniquement par ce qu’ils voient, ce qu’on leur montre ou ce qu’ils croient voir ou ressentir. Que cela concerne les animaux, les humains ou les scènes de guerres et les causes des conflits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Egypte : la communauté copte pleure ses morts après le double attentat

Le miracle de la pierre noire de la Kaaba (reportage RMC Découverte)