in

Algérie: Mystérieuses disparitions d’enfants (www.elwatan.com)

Une mi-septembre cauchemardesque pour la population de la wilaya de Tlemcen. Trois adolescents, Anes d’Ouled Mimoun (14 ans), Khaoula de Remchi (14 ans) et Malak de Tlemcen (11 ans) ont disparu à la même période, mais dans des conditions différentes.
Anes a été retrouvé dans sa localité, 24 heures après et Khaoula à Oran après une semaine de disparition, tous les deux sains et saufs. Malak est toujours portée disparue.

Après la peur et la grande panique, place à la colère et aux interrogations. «Beaucoup de bruit a été fait autour de ces disparitions mystérieuses, mais lorsque Anes et Khaoula ont été retrouvés, silence radio, aucune explication n’a été donnée par leurs familles, ni par la police pour nous apaiser, c’est étrange», affirment les voisins. Un silence qui a suscité le scepticisme et l’amertume chez une population compatissante et solidaire durant une semaine.

Dans une vidéo, diffusée sur la Toile par la sûreté de wilaya, on voit les «retrouvailles» de Khaoula avec sa mère et son père au sein même du siège de la police. «Les images manquent d’émotions, à mon avis», pense Hamza Belares, citoyen. Beaucoup croient à une mise en scène manquant d’imagination.

Publicité
Publicité
Publicité

Mais, l’enfant a été bel et bien retrouvé. «Nous attendons une explication logique des autorités judiciaires sur ces événements (…), pour le moment, aucune déclaration n’a été faite par le procureur de la République à ce sujet», a indiqué Faleh Hammoudi de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme.

La stratégie de communication choisie pour annoncer les «retours» de Anes et de Khaoula a quelque peu décrédibilisé la thèse de kidnapping et semé le doute dans l’esprit des familles. «Quelles que soient les causes de ces disparitions, nous sommes heureux pour ces enfants et leurs proches, mais, dans l’absolu, il faut que nos enfants prennent conscience du grand malaise qu’ils peuvent causer à toute une population par leurs caprices…» a estimé M. Lalem, psychologue. Autrement dit, selon nos interlocuteurs, la thèse des enlèvements est peu crédible.

Malak Safi Benslimane, pour qui une grande mobilisation a été organisée, chiens renifleurs de la police et battues dans la périphérie du quartier de Feddane Sebaa, demeure le mystère, puisque des informations contradictoires circulent depuis sa disparition.

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Tunisie : une famille entière avec un fils handicapé prennent le chemin de l’exil

Séparatisme : “Ce qui est visé, c’est l’islam”, Mélenchon ne veut pas ranimer “trois siècles de guerre de religion” en France